La table et l’établi : sources en relation avec l’intervention de Jean-Claude Sosnowski (Dijon, 29 mars 2012)

SOCIALISTES A TABLE

 

Les banquets phalanstériens : une tentative d’initiation à l’harmonie,

par Jean-Claude Sosnowski

 

 

1. « Anniversaire de la naissance de Fourier (7 avril 1840) »

ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE FOURIER (1).
(7 Avril 1840).

Président, M. B. DULARY, ancien député ;
Vice-président, M. V. CONSIDERANT ;
Commissaires : MM. O. BARBIER, Julien BLANC, CANTAGREL,
DALY, DEVAY (aîné) et D. SAUZET.

Les progrès que nos idées ont faits depuis un an dans l’opinion, ne nous laissaient pas douter que notre fête du 7 Avril ne dût être plus nombreuse et plus brillante encore que l’année dernière. Nos prévisions n’ont point été trompées, et quoique les Commissaires du banquet eussent choisi la plus grande salle qu’ils aient pu trouver, ils se sont vus forcés de refuser un assez grand nombre de personnes, dont plusieurs même étaient venues à Paris tout exprès pour assister à notre banquet. MM. les Commissaires prient toutes les personnes qu’ils n’ont pu admettre d’agréer leurs excuses et leurs regrets ; ils saisissent cette occasion d’insister, pour l’avenir, sur la nécessité de s’inscrire dans le délai indiqué sur les lettres d’invitation. Il est impossible d’organiser convenablement un banquet considérable si l’on n’a pas quelques jours pour le disposer. Cette nécessité sera d’autant plus rigoureuse l’année prochaine, que l’on sera probablement obligé de distribuer les convives dans plusieurs salles différentes, faute d’en pouvoir trouver une suffisamment grande.

Une table de cent pieds de longueur, redoublée en fer à cheval, occupait tout l’espace de la Salle Chabrol que de nombreux lustres remplissaient de lumière. Les convives arrivèrent de cinq heures à six heures, et bientôt, lorsqu’ils se furent assis aux places qui leur étaient destinées, la salle présenta l’aspect animé d’une fête aussi gaie que décente et bien ordonnée.

MM. les Commissaires avaient distribué les places, de manière à rapprocher autant que possible les convives qu’unissaient des liens d’amitié et de profession. La table était d’ailleurs divisée, pour le service, en groupes de vingt personnes ; et, par une disposition harmonique, empruntée a la Théorie de Fourier, on avait eu soin, pour prévenir la déconsidération des extrémités ou bas bouts de la table, d’en faire deux postes d’honneur en y plaçant les deux groupes les plus brillants, celui des artistes et celui des hommes de lettres, ce dernier composé des plus beaux noms de la critique et de la littérature.

A la fin du dîner, pendant lequel la plus franche cordialité n’a cessé de régner dans l’Assemblée, MM. les Commissaires ayant annoncé que le Président du banquet allait porter un toast, le silence s’est établi, et M. B. Dulary a prononcé avec un accent chaleureux les paroles suivantes qui ont été vivement applaudies :

A Fourier ! Au Savant pauvre, méconnu, martyrisé par la sottise pendant toute une longue et laborieuse carrière. — Au puissant Génie, révélateur de la Destinée sociale […].

(l) François-Marie-Charles FOURIER , né à Besançon le 7 février 1771 ; mort à Paris le 10 octobre 1837.

La Phalange, 15 avril 1840, col. 137-138 (extrait)

 

 

2. « Anniversaire de la naissance de Fourier (7 avril 1841) »

ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE FOURIER (1).

(7 AVRIL l84l).

Président, M. B. Dulary, ancien député ;
Vice-président, M. V. CONSIDERANT ;

Commissaires : MM. O. BARBIER, BERTIN, BING, Julien BLANC, F. CANTAGREL, CANTAGREL jeune, DALY, DEVAY aîné et D. SAUZET.

Le banquet commémoratif de la naissance de Fourier avait réuni dans la salle Montesquieu plus de 400 convives. La table de la présidence, placée au haut de la salle, commandait quatre grandes tables de 72 couverts chacune, disposées perpendiculairement à la première. Le nombre des convives avait nécessité l’addition de deux tables à la galerie supérieure, d’où les tables du bas présentaient un magnifique coup-d’œil. MM. les commissaires avaient distribué les places de manière à rapprocher autant que possible les convives qu’unissaient des liens d’amitié ou de profession ; les tables étaient d’ailleurs divisées, pour le service, en groupes de douze personnes. A six heures et demie chacun était à sa place, qu’il lui avait été facile de trouver, grâce aux heureuses dispositions que l’on avait prises. Un grand nombre de personnes plus ou moins étrangères à la Doctrine de notre Maître, avaient voulu se joindre à nous dans le solennel hommage rendu à la mémoire de l’homme qui a voué toutes les forces de sa noble et puissante intelligence au bonheur de l’Humanité. Le temps est passé où l’ironie et le sarcasme accueillaient toute parole de sympathie pour les principes à la propagation et à la défense desquels la Phalange s’est consacrée. Aujourd’hui les hommes de cœur et d’intelligence de tous les partis ne craignent pas de s’associer à nos vœux, d’applaudir à nos aspirations. S’ils ne confessent point encore nos Doctrines, qu’ils n’ont pas encore approfondies suffisamment, ils conviennent hautement, du moins, que notre but est un grand et noble but ; le mot d’utopie ne se prononce plus qu’avec réserve, et ceux-là même qui le prononcent encore en sont venus à désirer qu’un essai donne un démenti à leur défiance. Nous avons donc aujourd’hui l’adhésion d’un grand nombre et la sympathie de tous : la solennité d’hier a témoigné hautement de cette disposition du public éclairé à notre égard.

Grâce aux mesures prises par les commissaires, tout s’est passé dans le plus grand ordre et à la pleine satisfaction de tous les assistants. Le zèle déployé par eux dans l’accomplissement de leurs fonctions est un exemple du parti que l’avenir tirera de la Domesticité passionnée décrite par Fourier dans ses ouvrages, et grâce à laquelle la Société verra disparaître un jour la plaie de la domesticité salariée, aussi pénible pour le maître que dégradante pour ceux qui le servent. Le dîner, qui dans cette circonstance n’était que l’accessoire, a été promptement terminé, et au milieu de l’attention la plus soutenue et de l’intérêt le plus bienveillant, les toasts elles discours que nous donnons ci-après ont été prononcés et accueillis par des applaudissements fréquents et unanimes. Plusieurs ont été redemandés et prononcés de nouveau au milieu des acclamations générales. Au total, nous pouvons hautement nous féliciter du résultat de la solennité d’hier. L’accueil fait à la manifestation de nos idées et de nos vœux par les hommes représentant les aspirations diverses qui s’agitent aujourd’hui dans le sein de la Société, a prouvé jusqu’à quel point notre Doctrine est compréhensive de tous les intérêts légitimes. L’augmentation du nombre de nos convives est un témoignage du progrès de nos idées ; et nous avions en outre la satisfaction de penser qu’à Londres, à New-York et dans une vingtaine des principales villes de France, des hommes réunis au nom des mêmes idées rendaient un même hommage à la mémoire vénérée de l’homme que nous appelons notre Maître. La série des toasts a été ouverte par le président M.B.Dulary, […]

(l) François-Marie-Charles FOURIER , né à Besançon le 7 février 1771 ; mort à Paris le 10 octobre 1837.

La Phalange, 9 avril 1841, col. 697-698 (extraits)

 

3. « BANQUET PHALANSTERIEN A PARIS, Paris le 7 avril 1867

Je sors du banquet phalanstérien qui a eu lieu aux Vendanges de Bourgogne pour célébrer le quatre- vingt quinzième anniversaire de la naissance de Fourier. C’est la première fois que j’assistais à cette solennité. Je ne m’attendais pas à trouver une assemblée aussi nombreuse, cent-soixante à cent-soixante dix personnes. Un de mes amis me dit que le nombre allait en augmentant d’année en année, et qu’au banquet de 1864 on n’était qu’une quarantaine. Ce qui prouve que l’idée sociétaire est en hausse, surtout chez ses propres partisans. La grande majorité des convives étaient des anciens ;  […]

Aux murs de la salle étaient appendus des drapeaux septicolores, des écus plus ou moins héraldiques surmontés, je ne sais trop pourquoi, d’une couronne de comte et portant les devises : Unité, Solidarité, Justice, sur un cartouche on lisait cette inscription sphyngique dont le sens vous attire mais vous échappe toujours « Les attractions sont proportionnelles aux destinées. » Et cette autre formule, qui à mon retour, m’a fait rêver tout le long du chemin : « L’attraction vient de Dieu et le devoir vient des hommes. » On remarquait autour de moi que les organisateurs du banquet n’avaient pas songé de réaliser le principe : « La série distribue les harmonies – dans le service des tables, qui était organisé en mode simpliste et autoritaire par les garçons et employés qui après avoir commencé par le centre, descendaient latéralement vers les extrémités en servant chaque convive successivement, et en définitive très lentement. Ce n’était pas conforme à la doctrine du maître, il eût été plus orthodoxe, plus démocratique plus prompt et plus agréable, de subdiviser les deux longues files en une douzaine de groupes d une douzaine de membres chacun, qui pourvus en gros se seraient servis eux mêmes. Question de détail sans doute, mais dame ! quand on veut organiser un phalanstère, on ne ne saurait même en civilisation, se faire trop tôt la main. […] ».

« Banquet phalanstérien à Paris »,

Le Travailleur associé, propagateur international des doctrines coopératives, années 1866 et 1867, Gand, 1867,

4e livraison, 15 avril 1867, col. 84-85.