Il y a cent cinquante ans, la Première Internationale (Association internationale des travailleurs)

L’ANR Utopie 19 soutient l’organisation du colloque consacré à la Première internationale les jeudi 19 et vendredi 20 juin 2014.

Lieu

Maison de la recherche de l’Université Paris IV, 28 rue Serpente, 75006 Paris

Pour voir le programme complet et en savoir plus: http://ait1864-2014.sciencesconf.org/

Organisateurs

Société d’histoire de la révolution de 1848 ; Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1- Paris 4)

Partenaires

International Institute of Social History (Amsterdam) ; International Association Strikes and Social Conflicts; ANR Utopies19 (Dijon); Society for the Study of Labour History (Grande-Bretagne)

section_de_propagande_et_d_action_socialiste_revolutionnaire_de_Geneve.png

 

Stimulées par l’important colloque organisé en 1964 à l’occasion du centenaire de la création de l’Association internationale des travailleurs (AIT) et par la vogue de l’histoire politique « radicale », les recherches consacrées à l’AIT sont alors véritablement entrées dans une phase scientifique. La Première Internationale, de 1864 à 1876 au moins (mais la fin de l’AIT est l’enjeu de nombreux débats), était composée d’organisations ouvrières diverses et de membres adhérant sur une base individuelle ; elle fut tout à la fois un forum de réflexion et d’échanges, une organisation syndicale et une société politique internationale. L’histoire de l’AIT s’est considérablement développée dans les années 1960-1970. De nombreux documents sont alors publiés, comme ceux du Conseil général et des congrès, ainsi que des sources sur tel ou tel pays. L’historiographie examine le fonctionnement de l’institution, son implantation dans divers espaces, son rayonnement et les débats théoriques qui l’accompagnent. Qu’il s’agisse d’études locales, nationales ou thématiques (syndicats, grève, anarchisme, question agraire, etc.), ces recherches ont grandement affiné notre connaissance de l’organisation et de son action. Depuis une vingtaine d’années, cependant, les travaux se sont faits plus rares, même si diverses synthèses et quelques recherches monographiques continuent d’être publiées.

À l’occasion du 150e anniversaire de la fondation de l’AIT, ce colloque veut contribuer à ouvrir une nouvelle phase dans l’étude de cette organisation en prenant pleinement en compte les évolutions récentes de l’historiographie, les nouvelles approches, les nouveaux questionnements comme les nouvelles sources accessibles.

  • On pense d’abord à l’émergence de l’histoire globale et transnationale du travail, autour des travaux menés par l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam et à travers le monde. Cette approche, en se fondant sur l’étude des circulations, des structures et des espaces internationaux, et en étudiant ses objets dans leurs espaces réellement pertinents est particulièrement adaptée pour l’étude d’une association fondée à l’issue de contacts entre militants ouvriers de différents pays et qui s’inscrivait d’emblée dans une perspective internationaliste. Des travaux récents ont par exemple mis en évidence la place des migrations et des exils de militants français dans le développement de l’AIT aux Etats-Unis. Mais les autres migrations devront aussi être réinterrogées : migrations économiques à l’intérieur d’un même Etat, migrations transnationales de travailleurs qualifiés, migrations militantes, migrations de réfugiés politiques. Comment se juxtaposent-elles, s’articulent-elles entre elles ? Comment ces circulations ont-elles participé à l’essor de l’AIT et au développement de ses sections ? Dans quelle mesure une association conçue par les ouvriers de métier de pays dominants est-elle parvenue à impliquer les travailleurs industriels ou agricoles d’espaces moins industrialisés ou colonisés ? Enfin, comment, en dépit de la diversité des acteurs impliqués, l’émergence de discours et de formes de mobilisation à une vaste échelle, au moins transcontinentale, a-t-elle été possible ? Se pose dès lors la question de savoir dans quelle mesure l’AIT a participé à la genèse d’une politique internationale du travail. Ce faisant, il sera particulièrement intéressant de revenir sur les périodisations et leurs éventuels décalages selon les espaces concernés (Europe, Amérique du Nord, Amérique centrale par exemple). Si les études nationales gardent tout leur intérêt, on aimerait donc réfléchir avant tout au rôle et aux significations des échanges, des transferts, des appropriations, d’un espace à un autre.
  • L’autre volet concerne la documentation, les traces matérielles et leurs significations. Les procès-verbaux et autres documents du conseil central et des congrès de l’AIT ont été publiés et largement utilisés. La presse l’a moins été, y compris la presse ouvrière, alors qu’elle constitue alors un élément essentiel des cultures politiques. La numérisation de nombreux périodiques de l’époque permet peut-être de renouveler ces recherches. Il faudrait faire un point sur les apports comme sur les biais (sélection des archives) de cette documentation. Que nous apportent-ils sur les communications, sur les circulations d’informations et d’idées, mais aussi sur la place occupée par l’AIT dans le débat public des différents espaces concernés ? Il semble en effet que la connaissance des activités et du langage de l’AIT soit, dans certains espaces éloignés, mieux et plus vite diffusée par la presse, y compris adverse, que par les délégués de l’association. On voudrait aussi mieux connaître l’iconographie de l’AIT, en particulier les dessins et gravures. Au-delà, il serait intéressant de se pencher sur sa culture matérielle (bannières, drapeaux, cartes de membres, faïences, broderie etc.). Existait-il une « culture » internationaliste ? N’était-elle d’ailleurs pas également faite d’une circulation de pratiques et de savoir-faire plus empiriques en matière de lutte sociale, de pratiques organisationnelles ou de procédures de travail ?
  • La sociologie des militants, les différents milieux impliqués et les débats qui ont traversé l’AIT par rapport aux syndicats, au machinisme, aux grèves, aux luttes nationales (Irlande, Pologne), à la question agraire, méritent d’être encore interrogés et approfondis. Mais d’autres questions se posent aussi. On connaît mal, par exemple, le rôle des non-ouvriers : médecins, intellectuels, avocats…De même, quelle était la place exacte des femmes dans l’AIT, parmi les militants ou dans leurs discours ? Quels furent, autre question, les débats au sein des sections de l’AIT ? Il faudra se demander comment les luttes entre tendances et les scissions au sommet de l’organisation sont perçues, traduites et modifiées par les militants de base avant de remonter. Echanges et concurrences caractérisent aussi les relations entre les sections et les autres formes d’organisation ouvrières, qui pourraient elles aussi être mieux documentées. À l’inverse, y eut-il des discussions, aux différents niveaux et dans les différentes régions, par rapport à la constitution des empires coloniaux et par rapport aux formes impériales de domination économique ou sociale ? Dans quelle mesure l’implication des Internationalistes dans des migrations de travail transimpériales a-t-elle encouragé ces débats ? Plus largement, comment ces militants se situaient-ils par rapport à des questions comme la participation politique, le droit de vote ou l’emploi des femmes, et pourquoi ont-ils souvent relégué ces questions au second plan, par rapport aux premiers courants socialistes de l’avant 1848 ? Et comment la définition du « travail » se recompose-t-elle à travers ces échanges ? Surtout, pour comprendre la place rapidement prise par l’AIT dans le débat public, il pourrait être intéressant d’étudier son ombre portée, réelle ou fantasmée, dans la structuration des espaces politiques locaux, nationaux mais aussi transnationaux.

Ce colloque ne cherche pas à juxtaposer des études locales ou des parcours individuels. Il s’intéressera en revanche aux variations d’échelle entre le local et l’international ainsi qu’aux articulations entre micro-histoire et l’histoire de l’AIT.

Colloque « technologies et socialismes » – Université de Bourgogne, 3 et 4 juin 2013

Annonce de colloque – 3-4 juin 2013 –

Université de Bourgogne – Salle du conseil de lettres

Colloque : Technologies et socialismes : théories, imaginaires, pratiques au XIXe siècle

Présentation :

Les analyses socialistes de l’avènement du monde industriel comme les technologies socialistes – c’est-à-dire les discours et analyses du phénomène technicien au sens large – furent diverses et ambiguës  Elles ont peu retenu l’attention jusqu’ici alors qu’elles témoignent de tentatives originales pour penser et réguler le machinisme naissant et ses effets.

Dans le cadre du projet ANR « Utopies 19 » consacré aux expérimentateurs et aux expérimentations socialistes du XIXe siècle, ce colloque entend interroger l’évolution conjointe des technologies et des pensées socialistes afin d’explorer la discontinuité des expériences historiques et la diversité des trajectoires oubliées. Le socialisme s’invente autour de 1830 alors que la « technologie », d’abord conçue comme la science des opérations artisanales, se redéfinit en se muant en sciences appliquées. Il s’agit encore largement d’un angle mort de la recherche sur la genèse des socialismes européens. Pourtant le changement technique constitue à la fois une des conditions de possibilité des imaginaires et des expériences socialistes et un des horizons majeurs de l’utopie du XIXe siècle. Alors que la question des machines envahit l’espace public et suscite de multiples controverses, les théoriciens socialistes se sont – comme leurs contemporains – enthousiasmés, réjouis ou inquiétés devant ces bouleversements. Les dispositifs technologiques constituent par ailleurs l’un des enjeux de débats essentiels entre libéraux et socialistes à une époque où la frontière n’est pas encore totalement stabilisée entre les deux.

Que l’attention se porte sur un auteur singulier, sur une école de pensées ou sur une expérimentation ce colloque ambitionne de croiser les points de vue et les expériences afin de discerner les lignes de force et de fractures qui traversent ces milieux socialistes.

 

Programme provisoire :

«  Je voudrais que l’on découvrit demain un procédé pour faire de l’Economie politique à la
vapeur, – ce qui certes est loin d’être impossible, – et nous verrions si cesânes savants qui
vivent de leurs livres et de leurs cours d’Economisme, ne modifieraient pas leur opinion
sur le bonheur dont sont favorisés les ouvriers à la création des machines ! ».
Victor Considérant, Destinée sociale, Paris, 1851 [1ère éd. 1838], t. 1, p. 262-264.

 

Lundi 3 juin 2013 – 13 h 30 – 18 h

 

13 h 30 – Introduction : Technologies et socialismes au XIXe siècle – F. Jarrige (Univ. de Bourgogne)

 

1- Diversité des technologies socialistes

  • 14 h – Ophélie Siméon (Lyon 2) – Entre « science de la société » et « utopie » : l’owénisme comme technique et comme expérience
  • 14 h 30 – Joost Merteens (La Haye) – La modiste icarienne et la pensée technocratique d’Etienne Cabet
  • 15 h – Guillaume Carnino (CNAM) – Victor Meunier, ou le socialisme par la science. Une pensée épistémologique à l’heure de l’industrialisation
  • 15 h 30 – Daniel Wilson (EHESS) – The Machine, Past & Future: the enigma of technology in British political thought c.1900

 

2- Les socialismes à l’âge de la vapeur

  • 16 h 30 – John Tresch (University of Pennsylvania) – La Machine romantique des Saint-Simoniens
  • 17 h – L. Frobert (CNRS) – « La vapeur est, à elle seule, une  révolution mémorable » : technique et association chez Constantin Pecqueur

 

Mardi 4 juin 2013 – 9 h – 17 h

 

3- « Utopies », transports et communications

  • 9 h – Edward Castleton, (Univ. de Franche-Comté) – Proudhon, la technologie et les transports
  • 9 h 30 – Thomas Bouchet (Univ. de Bourgogne) – Du pigeon courrier au télégraphe électrique : les systèmes de communication à distance vus par Fourier et les phalanstériens
  • 10 h – Georges Ribeill (CNRS) – Les critiques du système ferroviaire français  [titre provisoire]

 

4. Praticiens socialistes et propagation de la doctrine

  • 11 h. – François Jarrige (Univ. de Bourgogne) – La typographie sociétaire: techniques et propagations de la doctrine sous la monarchie de Juillet
  • 11  h 30 – B. Desmars (Univ de Lorraine) – Les ingénieurs et inventeurs fouriéristes : itinéraires sociaux et innovations techniques.
  • 12 h – Fabien Knittel (Univ. de Franche-Comté) – La pensée technique d’un professeur d’agriculture saint-simonien : Androphile Lagrue (1810-  ?)

 

5. Technologies et biopolitiques socialistes

  • 14 h – Thomas Le Roux (Maison française d’Oxford, EHESS) – Théoriciens socialistes et hygiénisme : une utopie ancrée dans le monde industriel
  • 14 h 30 – Jean-Baptiste Fressoz (Imperial College, Londres) – Le climat des socialistes [titre provisoire]
  • 15 h – Julien Vincent (Paris 1) – Le socialisme ou les art de coloniser [titre provisoire]

 

16 h 30 : Conclusion

« Utopie 19 » à la Nuit des chercheurs 2012 (Dijon)

Dans le cadre de la nuit des chercheurs 2012 consacrée au thème « Imaginer le futur », Thomas Bouchet et François Jarrige ont présenté quelques expériences utopistes du XIXe siècle.

Les utopies sociales mises en pratique avec Thomas Bouchet

Highslide JSThomas Bouchet étudie la genèse du socialisme. Au début du XIXe siècle, ce mouvement prenait diverses formes. Les « socialismes » avaient cependant une orientation commune : l’avenir…
Dans un contexte d’industrialisation naissante et de forte urbanisation, une vraie prise de conscience s’est développée à cette époque : il fallait réformer la société ! Des penseurs se sont lancés dans la quête d’un monde meilleur. Ils ont imaginé des futurs et – plus étonnant encore – certains ont mis en application leurs inspirations.

 

Les utopies technologiques avec François Jarrige

  Notre rapport au futur est profondément structuré par une époque donnée. Au XIXe siècle, en Europe, la société est orientée vers l’avenir et marquée par l’idée de progrès. Cette idée de progrès « positif » s’incarne dans une multitude de discours, d’utopies et aussi de dispositifs matériels.

Pour plus de détails, voir:

http://tristan.u-bourgogne.fr/La_lettre/Lettre_2012_09/focus_09.html

 

Le socialisme comme savoir et technique d’anticipation

École d’été du programme ANR « Profutur »

Savoirs et techniques d’anticipation

Prévision et organisation du futur aux XVIIIe et XIXe siècles

 du lundi 27 août au jeudi 30 août 2012  Station Biologique de Roscoff

Le programme « Profutur » propose d’étudier l’émergence, aux XVIIIe et XIXe siècles, de savoirs et de techniques d’anticipation, c’est-à-dire de prévision et de maîtrise du futur. Ces pratiques savantes et techniques oscillent entre un « dire ce qui sera » et un « faire advenir ». Elles sont tendues entre, d’une part, un futur qui s’impose à la manière d’un phénomène naturel plus ou moins inéluctable, qu’on doit prévoir pour pouvoir s’y adapter, et d’autre part, un futur qu’on construit, qu’on façonne ou qu’au moins on influence par l’application d’outils qui permettent une certaine maîtrise. Prévoir ou organiser le futur sont deux dimensions souvent indissociables de ces pratiques savantes et techniques d’anticipation. Omniprésentes dans les sociétés contemporaines, elles ont été expérimentées et développées en partie aux XVIIIe et XIXe siècles, aussi bien dans le monde savant que dans l’univers des ingénieurs, des médecins, des administrateurs, des assureurs, des entrepreneurs.

Dans le cadre de cette école d’été, F. Jarrige coorganise une session consacrée aux savoirs et techniques d’anticipation du nouvel agir technique de l’ère industrielle. Dans ce cadre il présentera quelques réflexions sur les formes de l’anticipation socialiste du nouvel agir technique industriel. Face au déferlement technologique qui s’accroît après 1830, face à la montée parallèle de la question des machines et de la question sociale, comment les disciples de Fourier et les membres de l’école sociétaire ont-ils anticipé et analysé les effets du changement technique ? A rebours des accusations d’utopie, on sait que Fourier et ses disciples ont cherché à fonder une « science sociale » qui dissiperait  les rêves enfantés par les faux savoirs et les fausses réformes . L’enjeu sera d’examiner dans quelle mesure cette science sociale socialiste fut-elle un ensemble de savoirs et de techniques d’anticipation adaptés à l’ère industrielle naissante ?

Mercredi 29 août 2012

 15-19 heures

Anticiper l’agir technique à l’ère industrielle (François Jarrige et Thomas Le Roux)

Cet atelier vise à interroger la diversité des discours d’anticipation sur les effets des machines et de la technique au début de l’ère industrielle. Depuis les années 1830 en effet, où se diffuse l’expression « révolution industrielle » envisagée comme un moment de rupture et de transformation profonde des rapports sociaux inaugurant un futur inédit, la question de leur anticipation est lancinante. Dans quelle mesure peut-on dire que l’industrie et la machine construisent un futur spécifique, contrôlé, répété, mais aussi toujours incertain ? Dans quel mesure s’agit-il d’un modèle technique, social ou politique, ou d’une pure fiction ? Plusieurs arènes discursives concurrentes voient le jour et tentent d’imposer leur anticipation des effets des machines et de la technique : cette session ouvre le débat en présentant certains discours dominants parmi les ingénieurs, les économistes, les hygiénistes, ainsi qu’au sein de divers courants socialistes.

François Jarrige (Université de Bourgogne, Dijon) « Le socialisme comme savoir et technique d’anticipation  »

Thomas Le Roux (Centre de recherches historiques, Paris et Maison française d’Oxford) « Hygiénistes, machines et techniques : le pari du futur

Niels Van Mannen (Université d’Amsterdam) « Goad’s Fire Insurance Plans: Mapping Industrial Hazards, Minimising Industrial Risks, 1880-1920 »

François Vatin (Université Paris 10) « Machinisme et civilisation. De l’idée de progrès »

 

 

 Le programme « Profutur » est financé par l’Agence Nationale pour la Recherche (2009-2013), dirigé par Frédéric Graber (CRH-EHESS) et hébergé par le Centre de recherches historiques (CNRS-EHESS) et par l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS-ENS).