Session de l’ANR Utopies19 au colloque de l’association Charles Gide pour l’histoire de la pensée économique, Nice, 7-9 juin 2012

 


Une session complète consacrée aux socialistes associationnistes sera présentée au 14ème colloque de l’Association Charles Gide. 4 articles seront présentés dans le cadre de cette session:

Michel Bellet (Université de Saint-Etienne/GATE), « Anti-égalitarisme et justice chez les saint-simoniens ».

Edward Castleton (Université de Franche-Comté/Logiques de l’Agir), « L’oeuvre économique inachevée de Pierre-Joseph Proudhon: L’impossible passage des contradictions négatives aux axiomes positifs de l’économie politique 1847-1855 ».

Cyrille Ferraton (Université Montpellier III/ ART-Dev), « Les idées économiques de Buchez »

Ludovic Frobert (CNRS/Triangle), « Qu’est-ce qu’une société juste? La réponse des socialistes fraternitaires autour de 1848 (Louis Blanc, Constantin Pecqueur, François Vidal ».

 

 

« 1848 as a turning point in political thought »

 


Le programme ANR Utopies 19 proposera une session complète lors du workshop « 1848 as a turning point in political thought », King’s College, Cambridge, 11-12 avril 2012.

Quatre présentations seront proposées lors de cette session « Democrats and Socialists »:

Loïc Rignol (Besançon, Franche-Comté), « Three theses on the first socialists: Religion, Science, Republic ».

Anne-Sophie Chambost (Paris V), « Proudhon and the debates about representations in 1848-1851 ».

Ludovic Frobert (CNRS), « What is a fair society? The answer according to the Socialistes fraternitaires around 1848 (Blanc, Pecqueur, Vidal) ».

Edward Castleton (Besançon, Franche-Comté), Proudhon, socialists and the 18th Brumaire »

Une intervention sur Charles Fourier (et, secondairement l’Ecole sociétaire) au séminaire « Histoire des colonisations européennes, XIXe-XXe siècle » (Sc. Po. Paris)

Lors de la séance intitulée « Utopies et idées coloniales » (28 mars 2012, 16h30-19h),  Thomas Bouchet interviendra sur « Hordes et essaims : les ailleurs de Charles Fourier », et Michel Levallois (Académie des sciences d’outre-mer/Société d’études saint-simoniennes) sur « Royaume arabe ou Algérie franco-musulmane ? Le combat du saint-simonien Ismaÿl Urbain (1812-1884) ». Animation de la séance : Christelle Taraud.

La table et l’établi. Manger chez les fouriéristes

Jeudi 29 mars 2012, 14h-17h

Salle Georges Chevrier, université de Bourgogne, 4 boulevard Gabriel, 21000 Dijon

 

Co-organisé par les groupes :

« Manger au travail » (Centre Georges Chevrier) et « Utopies19 » (ANR)

 

Animé par Bernard Desmars université de Lorraine, CRULH ; Jean-Claude Sosnowski Association d’études fouriéristes ; Thomas Bouchet, université de Bourgogne, CGC

 

Dans l’univers des premiers socialismes, celles et ceux qui se réclament de la pensée de Charles Fourier abordent dans leurs productions écrites mais aussi parfois dans la pratique la question de l’alimentation, qu’ils mettent fréquemment en rapport avec la question du travail. Il s’agira au cours de cette séance d’atelier d’observer de quelle manière ils imaginent les chemins d’une double émancipation ; de se pencher sur leurs relectures et leurs interprétations d’écrits de Fourier où la gastronomie tient une place centrale tandis que la question du travail est posée dans des termes radicalement nouveaux (Thomas Bouchet) ; d’entrer dans les cuisines sociétaires et de décrire certaines des expériences qu’ils mènent : boulangeries, boucheries ou restaurants sociétaires, banquets (Jean-Claude Sosnowski) ; colonies phalanstériennes à Cîteaux, Sig, Guise, etc. (Bernard Desmars) ; de mettre tout cela en relation avec une histoire plus générale des socialismes et de la coopération.

Intervention sur Constantin Pecqueur au séminaire « Sciences, techniques, politiques (16e-19e) », Lille 1

 

Ludovic Frobert interviendra le 15 mars 2012 au séminaire « Sciences, techniques, politiques (16e-19e siècles) » que coordonnent Yannick Fonteneau et Rémi Franckowiak  (Centre d’Histoire des sciences et d’épistémologie) à Université de Lille 1.

Innovation et association dans le socialisme fraternitaire de Constantin Pecqueur (1801-1884)
Dans le cadre de cette présentation je me focaliserai sur les travaux que publient Pecqueur dans la seconde moitié des années 1830. Ces travaux marquent une bascule entre la première période de son oeuvre qui l’a vu cheminer avec les saint-simoniens du Globe, les fouriéristes du Phalanstère puis les républicains et une seconde période qui le verra, dans le cours des années 1840 publier ses  ouvrages  les plus aboutis, dont  Théorie nouvelle d’économie sociale et politique (1842)  puis s’engager au printemps  1848 aux côtés des « socialistes fraternitaires » Louis Blanc et François Vidal  dans l’aventure de la Commission du Luxembourg. En 1837, il publie son premier ouvrage majeur, réponse primée à un concours de l’Académie des sciences morales et politiques, dans lequel se trouve les principales intuitions de sa doctrine, Economie sociale. Des intérêts du commerce, de l’industrie, de l’agriculture et de la civilisation en général, sous l’influence des applications de la vapeur. Deux ans plus tard, missionné par le gouvernement pour étudier le système de chemin de fer belge, il fait paraître De la législation et du mode d’exécution des chemins de fer. On vérifiera dans ces deux ouvrages la façon dont Pecqueur intègre sa réflexion sur le changement technique au développement de son projet de « réforme sociale radicale ».