Les enjeux philosophiques et politiques de la découverte des textes « zends » : Eugène Burnouf et Jean Reynaud

Nous avons le plaisir de rendre disponible le texte d’Aurélien Aramini présenté lors d’une séance du séminaire « Pensée sociale au 19e siècle » qui s’est tenu à Besançon le 27 février dernier. Le séminaire « Pensée sociale au 19e siècle » prend place dans le cadre des travaux de recherches que nous menons au sein du projet de recherches ANR Utopies19. Ce texte étant destiné à être publié sur d’autres supports dans un avenir proche, il ne sera disponible que quelques semaines sur notre site. Pour le lire, il suffit de suivre ce lien : Les enjeux philosophiques de la découverte du zend(1)

Aurélien Aramini est docteur en philosophie de l’Université de Franche-Comté, chercheur associé au programme de recherches ANR Utopies19.

Bonne lecture!

Aurélien Aramini au séminaire « Pensée sociale au 19e siècle »

Aurélien Aramini, chercheur associé au programme de recherches Utopies19, présentera mercredi 27 février une conférence dans le cadre du séminaire « Pensée sociale au 19e siècle » (Logiques de l’Agir / Utopies19), intitulée:

Les enjeux philosophiques et politiques de la découverte du Zend: Eugène Burnouf et Jean Reynaud

Il s’agit d’interroger l’usage de la philologie et de l’histoire des langues dans la recherche de l’origine et la constitution des peuples. Des auteurs comme Leroux ou Reynaud, instigateurs de l’Encyclopédie Nouvelle, cherchaient à comprendre, chacun à leur manière, à quelles sources religieuses pouvait être pensée une religion républicaine.

Le séminaire « Pensée sociale au 19e siècle » a lieu au Grand Salon, 18 rue Chifflet, à l’Université de Besançon

Horaires: 18h-20h

Sur l’Encyclopédie Nouvelle. Les travaux pionniers de Marisa Forcina

Nous publions dans ce billet la traduction de la préface de Marisa Forcina à son I diritti dell’esistente: la filosofia della « encyclopédie nouvelle » (1833-1847) . La traduction est due à Aurélien Aramini qui a rejoint le projet UTOPIES19, et qui va travailler plus spécifiquement la dimension historienne qui anime une partie du projet de Reynaud et Leroux. Cette enquête sur la philosophie de l’histoire de l’Encyclopédie fait suite aux travaux qu’Aurélien Aramini a menés dans le cadre d’une thèse (soutenue en décembre 2011) sur la philosophie de l’histoire de Michelet. Nous remercions ici Marisa Forcina d’avoir accepté la publication sur notre carnet de recherches de ces quelques pages, véritable invitation à poursuivre l’exploration de cet ouvrage singulier qu’est L’Encyclopédie Nouvelle. Nous espérons qu’elle nous accompagnera dans notre enquête collective.

Marisa Forcina (Università degli Studi del Salento, Lecce)

I diritti dell’esistente: la filosofia della ‘‘encyclopédie nouvelle’’ (1833-1847)

Préface

     La fortune des différents genres littéraires constitue un élément important dans l’histoire de la culture et des idées. La préférence donnée au traité, au dialogue, au recueil d’aphorismes est le signe non seulement d’un « goût » déterminé mais aussi d’un mode complexe de perception de la production culturelle et de son rapport avec le public[1].

C’est dans ce cadre que s’inscrit, dans le panorama français, la prolifération d’encyclopédies durant la première moitié du XIXe siècle. L’attrait pour la grande Encyclopédie est seulement un des motifs permettant d’expliquer des démarches qui, tout en semblant parfois n’être que des « mises à jour », n’en demeurent pas moins de vraies et authentiques alternatives.

En Allemagne, et même en Europe, l’Encyclopédie hégélienne était le point final d’un savoir totalisant qui voulait entériner son hégémonie sur le réel à travers une Somme construite selon une structure onto-logique. Symbole d’une raison aux limites de l’auto-contemplation et de l’auto-projection dans le réel, ce canevas encyclopédique trouvait dans la pensée française – qui conservait de significatives traditions antisystématiques – des formes parentes mais d’un esprit complètement différent. En somme, ce n’est pas l’alternative entre la séquence alphabétique et la séquence logique qui éloigne le schéma hégélien des schémas qui se développent de manière presque contemporaine en France, mais c’est une conception différente de la ‘‘raison’’.

Ce livre cherche à dégager les éléments essentiels de la problématique plus expressément philosophique de l’Encyclopédie nouvelle de Pierre Leroux et Jean Reynaud, dans l’intention de saisir à sa racine la différence programmatique qu’elle présente vis-à-vis des encyclopédies tant de Voltaire et D’Alembert que de Hegel.

Les études sur Pierre Leroux et Jean Reynaud ont été reprises ces dernières années en France et, depuis peu, en Italie[2]. Nous avons des écrits estimables concernant principalement le versant politique et idéologique où nos auteurs semblent avoir été historiquement écrasés par la prévarication – objective – du socialisme scientifique et dialectique. À travers l’analyse de quelques entrées emblématiques, notre intention est de saisir en quoi le savoir présent dans l’Encyclopédie nouvelle est un savoir syncrétique : philosophie, religion, esthétique et politique sont tellement entrelacées qu’elles constituent un unique enchevêtrement organique d’idées.

Aussi devrons-nous dire que le projet de présenter un univers culturel aux caractéristiques bien précises a été tellement clair que les cas de censures internes n’ont pas manqué, comme nous avons cherché à le démontrer à travers l’histoire de l’entrée « Aristote »[3]. Ce phénomène est évidemment représentatif d’une politique culturelle et philosophique qui savait ce qu’elle voulait fonder.

Dans l’Encyclopédie de Leroux et Reynaud, il y a, nous semble-t-il, la proposition d’un savoir total mais non totalisant et fermé, d’une raison non dogmatique et exclusive, mais attentive aux instances du sentiment, de la nature, de la foi qui conduisaient à des formes nouvelles d’humanité et de solidarité. À titre d’exemple, la référence à Schelling contre Hegel

(même avec toutes les révisions faites de la théorie schellingienne) donne une idée provisoire du climat d’une philosophie-religion à finalité pratique dont l’intention est de constituer des formes communautaires qui ne seront ni imposées ni répressives.

Pour cette raison, la filiation Leroux – 1871 (La Commune[4]) – Dreyfus – Péguy est une orientation critique régulièrement adoptée[5]. Mais il n’est pas dans notre intention d’entrer dans le débat par ce côté[6]. À l’inverse, nous chercherons, dans les limites chronologiques de l’Encyclopédie nouvelle, à définir la nature et l’importance – au-delà des apparences – des divergences théoriques et doctrinales entre Leroux et Reynaud. Nous verrons comment il est possible, pour chacun d’eux, de renvoyer à des philosophies diverses tout en ayant, en définitive, la même vision du monde. Il est clair que nous ne pensons pas rabattre l’entière entreprise encyclopédique sur la thématique philosophique (nous sommes tout à fait conscients de l’importance et de l’originalité des entrées d’économie politique écrites par Jules Leroux[7], de la singularité de quelques notes pédagogiques[8] ou enfin du soin avec lequel seront rédigées les entrées historiques, géographiques ou, en général, scientifiques) mais nous voulons démontrer que, de fait, la dimension spéculative ne peut être, dans l’Encyclopédie Nouvelle, distinguée du reste des problématiques. Cela n’empêche pas, par ailleurs, que les entrées philosophiques de cette encyclopédie constituent un épisode en lui-même non négligeable de l’historiographie philosophique.

C’est aussi pour cette raison que nous avons voulu conclure notre enquête en parlant de l’apport – encore peu approfondi et évalué – de Charles Renouvier à l’Encyclopédie[9]. Celui qui est considéré comme l’initiateur du personnalisme contemporain imprime dans cette initiative culturelle la marque de sa pensée spéculative, qui s’affirme comme antipositiviste et néo-critique.

Pierre Leroux, Jean Reynaud et Charles Renouvier forment un entrelacement d’une évidente importance théorique et culturelle dans la France du XIXe siècle. Leur participation à une même entreprise éditoriale n’enlève rien à leurs particularités idéologiques ni n’annule leurs divergences philosophiques mais enrichit, au contraire, sur une trame commune, le tissu théorique de l’Encyclopédie Nouvelle à travers une série d’articulations internes.

À l’époque de la domination de l’Éclectisme, malgré les nuances apportées par les différents auteurs, la raison émergeant des entrées examinées possède une capacité de proposition et de fondation, au-delà et contre les raisonnements de Cousin.

Comme conclusion provisoire, il reste à dire que l’on ne veut pas surévaluer l’histoire tourmentée de l’Encyclopédie nouvelle. Cependant, il est question de percevoir dans cette aventure éditoriale les signes d’un débat qui, dépassant les églises des idéologues[10] français, investissaient le débat européen et fondaient de nouveaux schèmes anthropologiques et de nouvelles valeurs.


[1] Concernant la fortune du genre encyclopédique, voir la précieuse anthologie réalisée par W. Tega, L’unità del sapere e l’ideale enciclopedico nel pensiero moderno, Bologne, 1983. Cependant, aucune référence à l’Encyclopédie nouvelle n’est faite dans cet ouvrage.

[2] Jean Reynaud a été étudié dans un livre très attentif à tous les événements de sa vie par D. A. Griffiths, Jean Reynaud encyclopédiste de l’époque romantique, Paris, 1965. Les études conduites par Jacques Viard depuis de nombreuses années sur Pierre Leroux reconnaissent dans la figure originale de l’imprimeur parisien et dans l’orientation socialiste pré-quarante-huitarde la ligne de développement de cette exigence, exprimée plus tard par Péguy, d’un socialisme humanitaire. Cf. Colloque international « Péguy vivant », Lecce, 1977 : Péguy et la tradition démocratique et sociale (in Péguy vivant, Lecce, 1978, pp.35-72) ; Péguy et Leroux, ibid., pp. 525-36. Enfin, du même auteur, Pierre Leroux, George Sand, Mazzini, Péguy et nous, Lecce 1980 et encore Pierre Leroux et les socialistes européens, Avignon 1983. Aujourd’hui, Viard s’occupe d’un bulletin Les amis de Pierre Leroux, Aix-en-Provence. En mai 1986, Viard a, de plus, organisé avec Michel Crouzet le « Colloque sur les socialismes français » à l’École Normale Supérieure de Paris où il a prononcé une conférence intitulée « Ceux à qui on  a fait tort ».

En Italie, F. Fiorentino a réalisé la première traduction d’une œuvre de Leroux : Religione e libertà, dans la version du Cours de Phrénologie (Lecce, 1980). Au colloque international « Assemblee di stati e istituzioni rappresentative » de 1982, A. Prontera a fait une intéressante communication sur Pierre Leroux ed il « Projet d’une constitution démocratique et sociale…». E. Chirilli a réalisé la traduction italienne Saggio sulla poesia e sull’umanità di Francesco Petrarca, Lecce, 1982.

Enfin, le livre de L. La Puma, Le socialisme défait, Essai sur la pensée politique de P. Leroux et G. Mazzini, Milan 1984 est la première monographie italienne dans laquelle est examiné le rôle prééminent qu’eut Leroux au sein de la culture européenne. Le même auteur a réalisé, avec A. Prontera, le livre Liberté, égalité, communion, Lecce, 1984, avec la traduction d’Individualisme et Socialisme, Aux philosophes, Le Carosse de M. Aguado de P. Leroux.

[3] Notre « Un exemple d’historiographie philosophique : l’entrée ‘‘Aristote’’ dans l’‘‘Encyclopédie nouvelle’’ », qui constitue le troisième chapitre du présent travail est déjà paru dans le septième numéro du « Quaderno Filosofico », Lecce, 1982, pp. 43-66.

[4] En français dans le texte.

[5] Cf. les écrits de J. Viard et surtout le colloque « Péguy témoin de la tradition interrompue » qui s’est tenu à Aix-en-Provence en 1980.

[6] En français dans le texte.

[7] Il n’y a pas, jusqu’à présent, d’études sur Jules Leroux exceptées quelques références, qui signalent l’importance de l’auteur, dans l’ouvrage de H. Mougin, Pierre Leroux, Paris, 1938, aux pages 127-129. En appendice figure une brève anthologie de textes de Jules et P. Leroux parus dans la Revue Sociale en 1850 (cf. ibidem, pp. 271-293). Mougin signale non seulement l’importance du rôle joué par Jules Leroux durant ces années mais il met en évidence comment ces articles ont représenté un point de départ des recherches qu’ensuite Pierre, le frère, entreprendra dans une même direction. À ce propos, signalons la recherche que L. La Puma est sur le point de terminer sur les analyses sociales, politiques et économiques développées par Jules Leroux. En tout état de cause, pour se faire une idée générale de l’œuvre de Jules Leroux y compris celle qui fait suite à son exil on consultera l’article de Nadine Dormoy Savage, Jules Leroux en Icarie, « The French Review » vol. XLIX, n° 6, Mai 1976.

[8] Cf. par exemple les entrées « Éducation », « Famille », et « Femmes » où sont contenues de nombreuses idées relatives aux débats féministes de l’époque. Il ne faut pas oublier, en effet, que Pauline Roland collaborera aux volumes II et III.

[9] Si l’on excepte l’essai de L. Foucher, La jeunesse de Renouvier et sa première philosophie, Paris, 1927, pp. 66-83 et pp. 112-139, les études relatives à la pensée de l’auteur français ont toujours privilégié les œuvres de la maturité. En Italie, G. Galli – dans l’ouvrage Prime linee di un idealismo critico e due studi su Renouvier, Torino 1945 – examine d’un point de vue théorique les œuvres de jeunesse de l’auteur mais se limite aux Manuel de philosophie moderne, Paris, 1842 et Manuel de philosophie ancienne, Paris, 1844, excluant les articles contemporains parus dans l’Encyclopédie nouvelle et surtout le long article Philosophie¸ qu’il considère pourtant comme la première esquisse de la doctrine néo-critique (ibid. p. 107).

À l’inverse, Del Noce, fin connaisseur de Renouvier, nous signalait dans un entretien privé l’importance de l’entrée « Fichte » et des autres entrées de l’Encyclopédie nouvelle. Cf. A. Del Noce, Il problema dell’ateismo, Bologne 1964, pp. 130-132.

[10] En français dans le texte.

Les chantiers

 

 

Les chantiers retenus dans UTOPIES19 ont métissé des thématiques, des lieux, des manifestes et des auteurs. Neufs chantiers ont été retenus comme terrains d’enquêtes.

Socialisme utopique et socialisme scientifique

Ce chantier permettra de revenir sur la distinction canonique présentée par Engels. Il faut remarquer que les socialistes du premier 19e siècle récusent, pour la plupart la notion d’utopie. Bien au contraire, leurs travaux, expliquent-ils, frayent la voie à une véritable science sociale condition de la transformation ou du basculement de la société présente. Il s’agit donc ici d’étudier, notamment à travers les journaux, ce corpus du socialisme scientifique, que l’on ira étudier de chez les fouriéristes du Phalanstère, de la Phalange ou de la Démocratie pacifique, les communistes du tournant des années 1840, les feuilles du premier socialisme chrétien ou encore les journaux proudhoniens, Le Représentant du peuple, Le Peuple, La Voix du Peuple.

Socialistes à table

« Le régime gastrosophique, en français, philosophie de la gueule » (Pierre-Joseph Proudhon, Qu’est-ce que la propriété?)

Il n’est pas étonnant que les socialistes du XIXe siècle central (1830-1870) rencontrent la question de la table. Leurs critiques radicales contre l’ordre (ou le désordre) social en vigueur les conduit à écrire et parfois à expérimenter sur le logement, l’hygiène et la santé, mais aussi – et cet aspect est méconnu – sur les manières de se nourrir. L’enjeu est d’importance. Les logiques de production, de distribution et de consommation des denrées alimentaires demeurent des préoccupations constantes. Les analyses sur la misère alimentaire se cristallisent par exemple sur les circuits de commercialisation, sur les mécanismes des crises de subsistance, sur la misérable qualité d’aliments quotidiens, tel le pain. Dans le Paris de la fin de la Restauration, dénonce Fourier, « 300 000 à 400 000 plébéiens (…) n’ont pas même de la soupe naturelle. On leur fait maintenant un simulacre de bouillon avec des ingrédients qui sentent le lard et l’eau croupie. » (Le Nouveau Monde industriel et sociétaire). Divers courants socialistes livrent de riches éléments de réflexion sur la production alimentaire, sur la préparation, sur la conserve ; mais aussi sur l’art culinaire, voire la gastronomie. Ils parcourent les chemins du manger à sa faim, du manger mieux, du manger ensemble. C’est surtout sur les deux derniers aspects de la question que nous nous proposons de réfléchir. Car manger est à la fois une nécessité et un levier social ; réforme alimentaire et réforme sociale vont de pair.Le chantier s’intéressera notamment aux textes de Fourier et de l’école sociétaire sur la table, mais également, plus largement aux écrits des socialistes sur la commensalité, la gastronomie et l’alimentation.

Technologies socialistes

« A la Louisiane on vient d’inventer un instrument qui, mu par la vapeur, creuse la terre, l’enlève et la jette de côté. Ainsi les gens qui vivent comme des machines pourront se faire enterrer à la mécanique » (L’Echo de la fabrique, 19 février 1832).

Sans la machine et l’expérience de la « révolution industrielle », les socialismes du premier XIXe siècle auraient eu un visage tout différent. Le nouveau monde industriel et la profusion d’artefacts techniques ont façonné l’avènement de ces mouvements socialistes. Alors que la question des machines envahit l’espace public du premier XIXe siècle et suscite de multiples controverses, les théoriciens socialistes se sont – comme leurs contemporains – enthousiasmés, réjouis ou inquiétés devant les bouleversements techniques. Alors que les analyses socialistes des techniques sont souvent réduites à des discours louangeurs annonçant le productivisme marxiste, il semble qu’elles témoignent au contraire de tentatives originales pour réguler la mécanisation et ses effets. Si les positions des divers théoriciens varient, tous ont tenté d’imaginer des formes démocratiques de l’innovation et du changement technique, en réponse au dogme libéral et industrialiste qui s’impose à la même époque dans l’économie politique. Retrouver l’historicité de ces pensées et expériences technologiques alternatives s’avère d’un intérêt particulièrement grand au moment où les relations entre techniques et sociétés sont plus que jamais au cœur des débats politiques. Il s’agit donc d’étudier les projets technologiques socialistes, en articulant étroitement l’analyse des théories de l’invention et l’étude des expérimentations. Le chantier se penchera plus spécifiquement sur les théories socialistes de l’invention, sur les inventeurs socialistes ainsi que sur certaines expérimentations machiniques tentée dans le cadre des coopératives, associations et autres phalanstères.

L’Encyclopédie Nouvelle

Au tout début des années 1830, l’un des principaux lieux de réflexion sur le gouvernement et la réforme fut la Revue encyclopédique, investie par les dissidents saint-simoniens, Pierre Leroux, Hyppolite Carnot, Jean Reynaud ou encore Edouard Charton. A l’automne 1833, le revue débouchait sur un projet plus ambitieux encore, et paraissaient les premiers fascicules de l’Encyclopédie pittoresque à deux sous rapidement rebaptisée Encyclopédie nouvelle ou Dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et industriel, offrant le tableau des connaissances humaines au 19e siècle, par une société de savans et de littérateurs, publiée sous la direction de MM. P. Leroux et J. Reynaud. Le temps était aux synthèses nouvelles et l’on pouvait lire dans le Prospectus que loin d’être une simple « compilation », il s’agissait ici d’un « livre qui, au moyen d’une doctrine générale, embrasse le cercle entier des connaissances humaines, sans se perdre et s’absorber dans les détails, laissant aux monographies et aux traités spéciaux leur rôle et leur utilité ». Cette doctrine était celle du progrès et de la perfectibilité, une doctrine qui, comme le notait Sainte-Beuve, se consacrait « à la conciliation des systèmes nouveaux d’économie politique et d’organisation des travailleurs avec les libertés des citoyens et les inaliénables conquêtes de notre Révolution ». Si l’Encyclopédie nouvelle constitua, entre 1833 et 1847, un lieu de réflexion et d’élaboration doctrinale, elle eut également, notamment en 1848, un impact sur les pratiques elles-mêmes tant l’un de ses objectifs majeurs était de bouleverser les techniques « d’administration des choses ».
Salué comme un texte majeur du 19e siècle français, l’Encyclopédie nouvelle n’a été finalement qu’assez peu étudiée. Ce chantier prévoira un retour sur ce corpus.

Le laboratoire lyonnais

« De même qu’il existe une charte générale pour garantir le peuple français contre le despotisme du souverain, il faut que cette même charte se ramifie en autant de branches qu’il est nécessaire pour garantir chaque classe subalterne contre le despotisme de la classe supérieure avec qui elle est en contact » (Pierre Charnier, 1831, document inédit).

Ce chantier prolongera l’entreprise de réédition du premier journal des canuts, L’Echo de la fabrique (http://echo-fabrique.ens-lyon.fr). Le travail consistera à travailler à partir des documentations et des archives locales sur trois témoins majeurs des évolutions de la Fabrique lyonnaise (l’industrie de la soie) entre 1815 et 1851. Nous étudierons les écrits et les trajectoires du journaliste Marius Chastaing (1800-1866) rédacteur de plusieurs organes de la petite presse lyonnaise, de L’Echo de la fabrique à La Tribune lyonnaise et auteur, peu avant 1848 de Astréologie, ou Remède aux causes du malaise social. Nous aborderons également dans ce chantier la trajectoire du chef d’atelier mutuelliste Pierre Charnier (1795-1857) dont les très riches archives sont déposés à la BML. Enfin nous reviendrons sur le tisseur puis député ouvrier en 1848 Joseph Benoit, a (1812-1880) auteur des Confessions d’un prolétaire.

Pierre-Joseph Proudhon et son époque

Afin de répondre aux questionnements auxquels s’attache le projet UTOPIES, il nous a paru nécessaire de mettre en place deux chantiers qui prennent pour fil conducteur la figure de Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865). Avec lui, c’est tout un ensemble de problèmes qui apparaît dont se sont saisis les premiers socialistes. Ces derniers  entendaient en effet repenser de fond en comble les rapports sociaux au lendemain d’une Révolution française en attente d’un dénouement qu’ils logeaient du côté d’un renouvellement des institutions économiques en contexte de révolution industrielle. Il s’agissait pour eux de repenser :

  • les rapports sociaux sous l’angle de la production, de la consommation et de l’échange ;
  • les mœurs qui devaient émerger d’une société ainsi réorganisée sur une base morale postchrétienne ;
  • les rapports interétatiques à instaurer pour atténuer les dangers provoqués par les rivalités commerciales.

Tous ces aspects font partie des objets que se donnent les premiers socialistes et ils ont été systématiquement abordés par Proudhon. On montrera l’importance de ces thèmes à travers une série de publications, en format papier, des manuscrits inédits de Proudhon dans des éditions critiques.

Constantin Pecqueur

« Je lis Pecqueur. As-tu lu Pecqueur ? Tout ce que Marx a écris sur la concentration capitaliste est copié chez Pecqueur. Le succès est un mystère », (Elie Halévy à Célestin Bouglé, janvier 1902).

Souvent salué comme l’un des auteurs les plus originaux de sa génération, Constantin Pecqueur (1801-1887) n’a jusqu’à présent pas fait l’objet d’études d’envergures. Ses travaux et sa trajectoire politique et intellectuelle méritent d’être redécouverts dans leurs multiples dimensions : il est naturellement important de revenir à ses idées économiques, à ses thèses sur la concentration industrielle et le progrès technique, dont l’expression la plus développée est présentée dans Théorie nouvelle d’économie sociale et politique 1842. Mais il est également indispensable d’étudier chez celui qui proposait une « exploration de l’utopie », le rapport à la religion et à la morale (De la République de Dieu 1844), les remarques concernant la théorie de la connaissance, les réflexions sur la paix et la sécurité internationale (De la paix, de son principe et de sa réalisation, 1842), l’œuvre journalistique, le rôle politique, notamment en 1848 et finalement la réception compliquée de cette œuvre depuis le milieu du 19e siècle. Le chantier propose de revenir sur l’oeuvre complexe de cet auteur, évoquer également son rôle à la Commission du Luxembourg au printemps 1848 et pour cela s’appuiera, outre sur les volumes publiés,  sur l’exploitation des archives déposées à Amsterdam (Institut International d’Histoire Sociale), à Paris (Assemblée Nationale) et à Milan (Fondation Feltrenelli),

Louis Blanc

 L’œuvre de Louis Blanc (1811-1882) fait aujourd’hui l’objet de nouvelles enquêtes. Beaucoup plus attentives aux intentions de Blanc et aux nuances politiques, juridiques, économiques de sa réflexion, ces études permettent de mieux comprendre la nature exacte d’un projet qui reposait sur les deux piliers de l’association et du suffrage universel. Les inflexions de sa trajectoire doctrinale, des articles de la Revue du Progrès puis de La Réforme jusqu’au bilan dressé, à chaud, sur les expériences de droit au travail et d’ateliers sociaux (Histoire de la révolution de 1848) sont désormais mieux connues.
Le chantier consiste principalement à préparer une édition scientifique de l’ouvrage de Louis Blanc, Organisation du travail, sur la base du texte de la « 9e édition » (1850), mais qui fera apparaître dans le texte ou en note, et dans des encadrés en pleine page, l’intégralité des modifications, des ajouts, des retraits, des suppléments qui se succèdent dans l’ouvrage entre  1840 et 1850. La mise en page éditoriale permettra au lecteur de lire aussi bien le texte de la première édition (septembre 1840)  que celui des éditions de 1845 ou 1847. Cette mise à disposition de l’intégralité des variantes permettra de mieux comprendre la pensée de l’auteur et de mieux appréhender l’intense débat qui va se développer en France à propos des thèses de cet ouvrage, dans le contexte de la Révolution de 1848.

Dictionnaire des concepts et expériences socialistes