Une intervention sur Charles Fourier (et, secondairement l’Ecole sociétaire) au séminaire « Histoire des colonisations européennes, XIXe-XXe siècle » (Sc. Po. Paris)

Lors de la séance intitulée « Utopies et idées coloniales » (28 mars 2012, 16h30-19h),  Thomas Bouchet interviendra sur « Hordes et essaims : les ailleurs de Charles Fourier », et Michel Levallois (Académie des sciences d’outre-mer/Société d’études saint-simoniennes) sur « Royaume arabe ou Algérie franco-musulmane ? Le combat du saint-simonien Ismaÿl Urbain (1812-1884) ». Animation de la séance : Christelle Taraud.

Sur l’Encyclopédie Nouvelle. Les travaux pionniers de Marisa Forcina

Nous publions dans ce billet la traduction de la préface de Marisa Forcina à son I diritti dell’esistente: la filosofia della « encyclopédie nouvelle » (1833-1847) . La traduction est due à Aurélien Aramini qui a rejoint le projet UTOPIES19, et qui va travailler plus spécifiquement la dimension historienne qui anime une partie du projet de Reynaud et Leroux. Cette enquête sur la philosophie de l’histoire de l’Encyclopédie fait suite aux travaux qu’Aurélien Aramini a menés dans le cadre d’une thèse (soutenue en décembre 2011) sur la philosophie de l’histoire de Michelet. Nous remercions ici Marisa Forcina d’avoir accepté la publication sur notre carnet de recherches de ces quelques pages, véritable invitation à poursuivre l’exploration de cet ouvrage singulier qu’est L’Encyclopédie Nouvelle. Nous espérons qu’elle nous accompagnera dans notre enquête collective.

Marisa Forcina (Università degli Studi del Salento, Lecce)

I diritti dell’esistente: la filosofia della ‘‘encyclopédie nouvelle’’ (1833-1847)

Préface

     La fortune des différents genres littéraires constitue un élément important dans l’histoire de la culture et des idées. La préférence donnée au traité, au dialogue, au recueil d’aphorismes est le signe non seulement d’un « goût » déterminé mais aussi d’un mode complexe de perception de la production culturelle et de son rapport avec le public[1].

C’est dans ce cadre que s’inscrit, dans le panorama français, la prolifération d’encyclopédies durant la première moitié du XIXe siècle. L’attrait pour la grande Encyclopédie est seulement un des motifs permettant d’expliquer des démarches qui, tout en semblant parfois n’être que des « mises à jour », n’en demeurent pas moins de vraies et authentiques alternatives.

En Allemagne, et même en Europe, l’Encyclopédie hégélienne était le point final d’un savoir totalisant qui voulait entériner son hégémonie sur le réel à travers une Somme construite selon une structure onto-logique. Symbole d’une raison aux limites de l’auto-contemplation et de l’auto-projection dans le réel, ce canevas encyclopédique trouvait dans la pensée française – qui conservait de significatives traditions antisystématiques – des formes parentes mais d’un esprit complètement différent. En somme, ce n’est pas l’alternative entre la séquence alphabétique et la séquence logique qui éloigne le schéma hégélien des schémas qui se développent de manière presque contemporaine en France, mais c’est une conception différente de la ‘‘raison’’.

Ce livre cherche à dégager les éléments essentiels de la problématique plus expressément philosophique de l’Encyclopédie nouvelle de Pierre Leroux et Jean Reynaud, dans l’intention de saisir à sa racine la différence programmatique qu’elle présente vis-à-vis des encyclopédies tant de Voltaire et D’Alembert que de Hegel.

Les études sur Pierre Leroux et Jean Reynaud ont été reprises ces dernières années en France et, depuis peu, en Italie[2]. Nous avons des écrits estimables concernant principalement le versant politique et idéologique où nos auteurs semblent avoir été historiquement écrasés par la prévarication – objective – du socialisme scientifique et dialectique. À travers l’analyse de quelques entrées emblématiques, notre intention est de saisir en quoi le savoir présent dans l’Encyclopédie nouvelle est un savoir syncrétique : philosophie, religion, esthétique et politique sont tellement entrelacées qu’elles constituent un unique enchevêtrement organique d’idées.

Aussi devrons-nous dire que le projet de présenter un univers culturel aux caractéristiques bien précises a été tellement clair que les cas de censures internes n’ont pas manqué, comme nous avons cherché à le démontrer à travers l’histoire de l’entrée « Aristote »[3]. Ce phénomène est évidemment représentatif d’une politique culturelle et philosophique qui savait ce qu’elle voulait fonder.

Dans l’Encyclopédie de Leroux et Reynaud, il y a, nous semble-t-il, la proposition d’un savoir total mais non totalisant et fermé, d’une raison non dogmatique et exclusive, mais attentive aux instances du sentiment, de la nature, de la foi qui conduisaient à des formes nouvelles d’humanité et de solidarité. À titre d’exemple, la référence à Schelling contre Hegel

(même avec toutes les révisions faites de la théorie schellingienne) donne une idée provisoire du climat d’une philosophie-religion à finalité pratique dont l’intention est de constituer des formes communautaires qui ne seront ni imposées ni répressives.

Pour cette raison, la filiation Leroux – 1871 (La Commune[4]) – Dreyfus – Péguy est une orientation critique régulièrement adoptée[5]. Mais il n’est pas dans notre intention d’entrer dans le débat par ce côté[6]. À l’inverse, nous chercherons, dans les limites chronologiques de l’Encyclopédie nouvelle, à définir la nature et l’importance – au-delà des apparences – des divergences théoriques et doctrinales entre Leroux et Reynaud. Nous verrons comment il est possible, pour chacun d’eux, de renvoyer à des philosophies diverses tout en ayant, en définitive, la même vision du monde. Il est clair que nous ne pensons pas rabattre l’entière entreprise encyclopédique sur la thématique philosophique (nous sommes tout à fait conscients de l’importance et de l’originalité des entrées d’économie politique écrites par Jules Leroux[7], de la singularité de quelques notes pédagogiques[8] ou enfin du soin avec lequel seront rédigées les entrées historiques, géographiques ou, en général, scientifiques) mais nous voulons démontrer que, de fait, la dimension spéculative ne peut être, dans l’Encyclopédie Nouvelle, distinguée du reste des problématiques. Cela n’empêche pas, par ailleurs, que les entrées philosophiques de cette encyclopédie constituent un épisode en lui-même non négligeable de l’historiographie philosophique.

C’est aussi pour cette raison que nous avons voulu conclure notre enquête en parlant de l’apport – encore peu approfondi et évalué – de Charles Renouvier à l’Encyclopédie[9]. Celui qui est considéré comme l’initiateur du personnalisme contemporain imprime dans cette initiative culturelle la marque de sa pensée spéculative, qui s’affirme comme antipositiviste et néo-critique.

Pierre Leroux, Jean Reynaud et Charles Renouvier forment un entrelacement d’une évidente importance théorique et culturelle dans la France du XIXe siècle. Leur participation à une même entreprise éditoriale n’enlève rien à leurs particularités idéologiques ni n’annule leurs divergences philosophiques mais enrichit, au contraire, sur une trame commune, le tissu théorique de l’Encyclopédie Nouvelle à travers une série d’articulations internes.

À l’époque de la domination de l’Éclectisme, malgré les nuances apportées par les différents auteurs, la raison émergeant des entrées examinées possède une capacité de proposition et de fondation, au-delà et contre les raisonnements de Cousin.

Comme conclusion provisoire, il reste à dire que l’on ne veut pas surévaluer l’histoire tourmentée de l’Encyclopédie nouvelle. Cependant, il est question de percevoir dans cette aventure éditoriale les signes d’un débat qui, dépassant les églises des idéologues[10] français, investissaient le débat européen et fondaient de nouveaux schèmes anthropologiques et de nouvelles valeurs.


[1] Concernant la fortune du genre encyclopédique, voir la précieuse anthologie réalisée par W. Tega, L’unità del sapere e l’ideale enciclopedico nel pensiero moderno, Bologne, 1983. Cependant, aucune référence à l’Encyclopédie nouvelle n’est faite dans cet ouvrage.

[2] Jean Reynaud a été étudié dans un livre très attentif à tous les événements de sa vie par D. A. Griffiths, Jean Reynaud encyclopédiste de l’époque romantique, Paris, 1965. Les études conduites par Jacques Viard depuis de nombreuses années sur Pierre Leroux reconnaissent dans la figure originale de l’imprimeur parisien et dans l’orientation socialiste pré-quarante-huitarde la ligne de développement de cette exigence, exprimée plus tard par Péguy, d’un socialisme humanitaire. Cf. Colloque international « Péguy vivant », Lecce, 1977 : Péguy et la tradition démocratique et sociale (in Péguy vivant, Lecce, 1978, pp.35-72) ; Péguy et Leroux, ibid., pp. 525-36. Enfin, du même auteur, Pierre Leroux, George Sand, Mazzini, Péguy et nous, Lecce 1980 et encore Pierre Leroux et les socialistes européens, Avignon 1983. Aujourd’hui, Viard s’occupe d’un bulletin Les amis de Pierre Leroux, Aix-en-Provence. En mai 1986, Viard a, de plus, organisé avec Michel Crouzet le « Colloque sur les socialismes français » à l’École Normale Supérieure de Paris où il a prononcé une conférence intitulée « Ceux à qui on  a fait tort ».

En Italie, F. Fiorentino a réalisé la première traduction d’une œuvre de Leroux : Religione e libertà, dans la version du Cours de Phrénologie (Lecce, 1980). Au colloque international « Assemblee di stati e istituzioni rappresentative » de 1982, A. Prontera a fait une intéressante communication sur Pierre Leroux ed il « Projet d’une constitution démocratique et sociale…». E. Chirilli a réalisé la traduction italienne Saggio sulla poesia e sull’umanità di Francesco Petrarca, Lecce, 1982.

Enfin, le livre de L. La Puma, Le socialisme défait, Essai sur la pensée politique de P. Leroux et G. Mazzini, Milan 1984 est la première monographie italienne dans laquelle est examiné le rôle prééminent qu’eut Leroux au sein de la culture européenne. Le même auteur a réalisé, avec A. Prontera, le livre Liberté, égalité, communion, Lecce, 1984, avec la traduction d’Individualisme et Socialisme, Aux philosophes, Le Carosse de M. Aguado de P. Leroux.

[3] Notre « Un exemple d’historiographie philosophique : l’entrée ‘‘Aristote’’ dans l’‘‘Encyclopédie nouvelle’’ », qui constitue le troisième chapitre du présent travail est déjà paru dans le septième numéro du « Quaderno Filosofico », Lecce, 1982, pp. 43-66.

[4] En français dans le texte.

[5] Cf. les écrits de J. Viard et surtout le colloque « Péguy témoin de la tradition interrompue » qui s’est tenu à Aix-en-Provence en 1980.

[6] En français dans le texte.

[7] Il n’y a pas, jusqu’à présent, d’études sur Jules Leroux exceptées quelques références, qui signalent l’importance de l’auteur, dans l’ouvrage de H. Mougin, Pierre Leroux, Paris, 1938, aux pages 127-129. En appendice figure une brève anthologie de textes de Jules et P. Leroux parus dans la Revue Sociale en 1850 (cf. ibidem, pp. 271-293). Mougin signale non seulement l’importance du rôle joué par Jules Leroux durant ces années mais il met en évidence comment ces articles ont représenté un point de départ des recherches qu’ensuite Pierre, le frère, entreprendra dans une même direction. À ce propos, signalons la recherche que L. La Puma est sur le point de terminer sur les analyses sociales, politiques et économiques développées par Jules Leroux. En tout état de cause, pour se faire une idée générale de l’œuvre de Jules Leroux y compris celle qui fait suite à son exil on consultera l’article de Nadine Dormoy Savage, Jules Leroux en Icarie, « The French Review » vol. XLIX, n° 6, Mai 1976.

[8] Cf. par exemple les entrées « Éducation », « Famille », et « Femmes » où sont contenues de nombreuses idées relatives aux débats féministes de l’époque. Il ne faut pas oublier, en effet, que Pauline Roland collaborera aux volumes II et III.

[9] Si l’on excepte l’essai de L. Foucher, La jeunesse de Renouvier et sa première philosophie, Paris, 1927, pp. 66-83 et pp. 112-139, les études relatives à la pensée de l’auteur français ont toujours privilégié les œuvres de la maturité. En Italie, G. Galli – dans l’ouvrage Prime linee di un idealismo critico e due studi su Renouvier, Torino 1945 – examine d’un point de vue théorique les œuvres de jeunesse de l’auteur mais se limite aux Manuel de philosophie moderne, Paris, 1842 et Manuel de philosophie ancienne, Paris, 1844, excluant les articles contemporains parus dans l’Encyclopédie nouvelle et surtout le long article Philosophie¸ qu’il considère pourtant comme la première esquisse de la doctrine néo-critique (ibid. p. 107).

À l’inverse, Del Noce, fin connaisseur de Renouvier, nous signalait dans un entretien privé l’importance de l’entrée « Fichte » et des autres entrées de l’Encyclopédie nouvelle. Cf. A. Del Noce, Il problema dell’ateismo, Bologne 1964, pp. 130-132.

[10] En français dans le texte.