Le socialisme comme savoir et technique d’anticipation

École d’été du programme ANR « Profutur »

Savoirs et techniques d’anticipation

Prévision et organisation du futur aux XVIIIe et XIXe siècles

 du lundi 27 août au jeudi 30 août 2012  Station Biologique de Roscoff

Le programme « Profutur » propose d’étudier l’émergence, aux XVIIIe et XIXe siècles, de savoirs et de techniques d’anticipation, c’est-à-dire de prévision et de maîtrise du futur. Ces pratiques savantes et techniques oscillent entre un « dire ce qui sera » et un « faire advenir ». Elles sont tendues entre, d’une part, un futur qui s’impose à la manière d’un phénomène naturel plus ou moins inéluctable, qu’on doit prévoir pour pouvoir s’y adapter, et d’autre part, un futur qu’on construit, qu’on façonne ou qu’au moins on influence par l’application d’outils qui permettent une certaine maîtrise. Prévoir ou organiser le futur sont deux dimensions souvent indissociables de ces pratiques savantes et techniques d’anticipation. Omniprésentes dans les sociétés contemporaines, elles ont été expérimentées et développées en partie aux XVIIIe et XIXe siècles, aussi bien dans le monde savant que dans l’univers des ingénieurs, des médecins, des administrateurs, des assureurs, des entrepreneurs.

Dans le cadre de cette école d’été, F. Jarrige coorganise une session consacrée aux savoirs et techniques d’anticipation du nouvel agir technique de l’ère industrielle. Dans ce cadre il présentera quelques réflexions sur les formes de l’anticipation socialiste du nouvel agir technique industriel. Face au déferlement technologique qui s’accroît après 1830, face à la montée parallèle de la question des machines et de la question sociale, comment les disciples de Fourier et les membres de l’école sociétaire ont-ils anticipé et analysé les effets du changement technique ? A rebours des accusations d’utopie, on sait que Fourier et ses disciples ont cherché à fonder une « science sociale » qui dissiperait  les rêves enfantés par les faux savoirs et les fausses réformes . L’enjeu sera d’examiner dans quelle mesure cette science sociale socialiste fut-elle un ensemble de savoirs et de techniques d’anticipation adaptés à l’ère industrielle naissante ?

Mercredi 29 août 2012

 15-19 heures

Anticiper l’agir technique à l’ère industrielle (François Jarrige et Thomas Le Roux)

Cet atelier vise à interroger la diversité des discours d’anticipation sur les effets des machines et de la technique au début de l’ère industrielle. Depuis les années 1830 en effet, où se diffuse l’expression « révolution industrielle » envisagée comme un moment de rupture et de transformation profonde des rapports sociaux inaugurant un futur inédit, la question de leur anticipation est lancinante. Dans quelle mesure peut-on dire que l’industrie et la machine construisent un futur spécifique, contrôlé, répété, mais aussi toujours incertain ? Dans quel mesure s’agit-il d’un modèle technique, social ou politique, ou d’une pure fiction ? Plusieurs arènes discursives concurrentes voient le jour et tentent d’imposer leur anticipation des effets des machines et de la technique : cette session ouvre le débat en présentant certains discours dominants parmi les ingénieurs, les économistes, les hygiénistes, ainsi qu’au sein de divers courants socialistes.

François Jarrige (Université de Bourgogne, Dijon) « Le socialisme comme savoir et technique d’anticipation  »

Thomas Le Roux (Centre de recherches historiques, Paris et Maison française d’Oxford) « Hygiénistes, machines et techniques : le pari du futur

Niels Van Mannen (Université d’Amsterdam) « Goad’s Fire Insurance Plans: Mapping Industrial Hazards, Minimising Industrial Risks, 1880-1920 »

François Vatin (Université Paris 10) « Machinisme et civilisation. De l’idée de progrès »

 

 

 Le programme « Profutur » est financé par l’Agence Nationale pour la Recherche (2009-2013), dirigé par Frédéric Graber (CRH-EHESS) et hébergé par le Centre de recherches historiques (CNRS-EHESS) et par l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS-ENS).