Sur Charles Fourier : deux importantes soutenances de thèses ces derniers mois

Deux thèses où la pensée de Fourier occupe une place centrale ont été brillamment soutenues ces derniers temps. La première (fin 2013) est l’oeuvre de Patrick Samzun et s’iintitule « Sexe, cosmos et société. Enquête littéraire et philosophique sur la formation d’une utopie sexuelle libérale chez Diderot, Restif de la Bretonne et Fourier ». Constantin Irodotou est l’artisan de la seconde, intitulée « Sade/Fourier : utopie et sexualité » (début 2014). Ces recherches décisives sont à découvrir sans attendre sur le site charlesfourier.fr http://www.charlesfourier.fr/spip.php?rubrique73

Colloque sur la presse socialiste, premier 19e siècle, France (1-2 novembre 2013)

 

Les 1-2 novembre 2013, le programme ANR Utopies19 organise en collaboration avec la Gimon Collection on French Political Economy de la Green Library (Stanford University) un colloque consacré à la presse socialiste française du premier 19e siècle. Cinq communications seront présentées par les membres de l’équipe ANR:socialistpressposter

socialistpressprogramparticipants

Thomas Bouchet, « La Phalange, été 1840: Un tournant dans l’histoire de la presse sociétaire? »

François Jarrige, « La typographie sociétaire: Presse, technologie et politique sous la Monarchie de Juillet 1830-1848 »

Vincent Bourdeau, « La république économique de Constantin Pecqueur: De l’expérience du Luxembourg au Salut du Peuple, Journal de la science sociale (décembre 1849/mai 1850)

Edward Castleton, « Proudhon’s Newspaper against all others: Of Enemies and Editorials (1848-1850)

Ludovic Frobert, « Christianity, Socialism and Political Economy: Ballanche, Buchez, Ott ».

 

 

 

PROGRAMME COMPLET

socialistpressprogramparticipants

 

« Le luxe ou soleil »: luxe et fouriérisme

Lors des journées d’études Lusso e Benessera tra Economia e Politica (Francia e Italia 1750-1815) qui ce sont déroulées les 10-11 octobre à l’Université de Turin, Ludovic Frobert a présenté une communication intitulée:

« Venez à ce monde nouveau où tout est luxe, splendeur, beauté, amour ineffable harmonie ». Note sur le luxe chez Fourier et les fouriéristes.

Colloque Constantin Pecqueur (1801-1887), Lyon, 5-6 septembre 2013

pecqueur

« Pecqueur est, pour l’essentiel, saint-simonien, mais d’une façon beaucoup plus radicale » (Karl Marx, Le Capital).

« Le premier théoricien du collectivisme est sans contredit Constantin Pecqueur (…). Pecqueur proposait de socialiser (le néologisme est de lui) les institutions de crédit, les chemins de fer, les mines, et de se servir des ressources que procureraient ces mesures pour compléter graduellement la socialisation de toutes les forces productives » (Benoit Malon, Le socialisme intégral, 1890-1891)

« Je lis Pecqueur. As-tu lu Pecqueur ? Tout ce que Marx a écrit sur la concentration capitaliste est copié chez Pecqueur. Le succès est un mystère » (Elie Halévy à Célestin Bouglé, 1902)

« Tocqueville, relayé d’enthousiasme par Pecqueur (qui influença Marx) avait solennellement proclamé : « le développement graduel et progressif de l’égalité est à la fois le passé et l’avenir de l’histoire des hommes » », (Albert Camus, L’Homme révolté 1951).

Le colloque « Constantin Pecqueur (1801-1887): Nationalisation et socialisation » se déroulera les 5-6 septembre prochains dans le petit théâtre du musée Gadagne (1 place du petit collège, 69005 Lyon). Proche des saint-simoniens puis des fouriéristes au début des années 1830, influencé par le premier socialisme chrétien, Pecqueur fut surtout un républicain attentif au traitement simultané et complémentaire de la question politique et de la question sociale. Son républicanisme l’orienta donc vers la double formule de la « nationalisation » et de la « socialisation ».  Au tournant des années 1840 il fut de ceux qui imaginèrent et esquissèrent les contours d’un système communiste ou collectiviste ; et, chez Pecqueur, ces contours dessinaient les reliefs originaux d’une idéale « République de Dieu ». Proche du gouvernement provisoire au printemps 1848, il fut aux côtés de Louis Blanc et de François Vidal l’un des animateurs de la Commission du Luxembourg, fonda peu-après son propre journal Le Salut du peuple, fut à l’Assemblée Nationale le conseiller des députés « rouges » lyonnais, Louis Greppo, Joseph Benoit, Esprit Doutre, avant de subir un long « exil intérieur » après le coup d’Etat du 2 décembre 1851.

Contacts :

Clément Coste (clement.coste@ens-lyon.fr)

Ludovic Frobert (ludovic.frobert@ens-lyon.fr)

Marie Lauricella (marie.lauricella@ens-lyon.fr)

 

Programme prévisionnel du colloque Pecqueur

Jeudi 5 septembre (petit théâtre, musée Gadagne) :

10h-12h30 :

Jonathan Beecher (Université de Santa Cruz, Californie), « Pecqueur, Fourier, fouriérisme ».

Philippe Régnier (CNRS), « Inventaire et évaluation du saint-simonisme de Pecqueur à travers ses textes, sa correspondance et ses papiers. »

Michel Bellet (Université de Saint-Etienne), « La réception de l’œuvre de Pecqueur par le milieu de la Revue socialiste ».

14h30-17h :

Alain Clément (Université de Tours), « Pecqueur et la question sociale ».

Andrea Lanza (Centre Fernand Braudel) : « « Sur caution morale ». Crédit et travail chez Pecqueur ».

Clément Coste (Université Lyon 3), « Pecqueur et la question fiscale ».

 

Vendredi 6 septembre (petit théâtre, musée Gadagne) :

10h-12h30 :

Michèle Riot-Sarcey (Université de Paris 8), « L’actualité du messianisme de Constantin Pecqueur »

Gilbert Faccarello (Université de Paris 2), « Pecqueur, économie et théologie »

Edward Castleton (Université de Franche-Comté) : « Pecqueur, la paix et le droit international ».

14h30-17h :

Anne-Sophie Chambost (université de Paris Descartes) : « La contribution de Constantin Pecqueur aux projets de démocratie directe ».

Vincent Bourdeau (Université de Franche-Comté) : « La République économique de Constantin Pecqueur : De la Commission du Luxembourg aux manuscits inédits conservés à l’Assemblée Nationale ».

Ludovic Frobert (CNRS) : « Pecqueur après Pecqueur. L’œuvre postérieure à 1851 ».

 »

 

 

 

Vargas Llosa et les socialistes de 1848

 

Dans le cadre du colloque Représentations littéraires et théories économiques (23-24 mai 2013, Maison des sciences économiques, Université Paris 1) Ludovic Frobert présentera une communication sur la lecture que propose aujourd’hui l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa des courants socialistes français du premier 19e siècle. La communication présentée à ce colloque analyse la série d’articles sur Saint-Simon, Cabet, Flora Tristan, Fourier, publiés par Vargas Llosa dans la revue Letras Libres, dans le roman El Paraiso – en la otra esquina dont Flora Tristan est l’un des deux personnages majeurs, enfin dans l’essai La Tentacion de lo imposible consacré aux Misérables de Victor Hugo. Vargas Llosa présente une lecture libertaire de ce courant fortement inspirée par l’analyse hayekienne et par la tradition de l’ordre spontané.

 

Colloque « technologies et socialismes » – Université de Bourgogne, 3 et 4 juin 2013

Annonce de colloque – 3-4 juin 2013 –

Université de Bourgogne – Salle du conseil de lettres

Colloque : Technologies et socialismes : théories, imaginaires, pratiques au XIXe siècle

Présentation :

Les analyses socialistes de l’avènement du monde industriel comme les technologies socialistes – c’est-à-dire les discours et analyses du phénomène technicien au sens large – furent diverses et ambiguës  Elles ont peu retenu l’attention jusqu’ici alors qu’elles témoignent de tentatives originales pour penser et réguler le machinisme naissant et ses effets.

Dans le cadre du projet ANR « Utopies 19 » consacré aux expérimentateurs et aux expérimentations socialistes du XIXe siècle, ce colloque entend interroger l’évolution conjointe des technologies et des pensées socialistes afin d’explorer la discontinuité des expériences historiques et la diversité des trajectoires oubliées. Le socialisme s’invente autour de 1830 alors que la « technologie », d’abord conçue comme la science des opérations artisanales, se redéfinit en se muant en sciences appliquées. Il s’agit encore largement d’un angle mort de la recherche sur la genèse des socialismes européens. Pourtant le changement technique constitue à la fois une des conditions de possibilité des imaginaires et des expériences socialistes et un des horizons majeurs de l’utopie du XIXe siècle. Alors que la question des machines envahit l’espace public et suscite de multiples controverses, les théoriciens socialistes se sont – comme leurs contemporains – enthousiasmés, réjouis ou inquiétés devant ces bouleversements. Les dispositifs technologiques constituent par ailleurs l’un des enjeux de débats essentiels entre libéraux et socialistes à une époque où la frontière n’est pas encore totalement stabilisée entre les deux.

Que l’attention se porte sur un auteur singulier, sur une école de pensées ou sur une expérimentation ce colloque ambitionne de croiser les points de vue et les expériences afin de discerner les lignes de force et de fractures qui traversent ces milieux socialistes.

 

Programme provisoire :

«  Je voudrais que l’on découvrit demain un procédé pour faire de l’Economie politique à la
vapeur, – ce qui certes est loin d’être impossible, – et nous verrions si cesânes savants qui
vivent de leurs livres et de leurs cours d’Economisme, ne modifieraient pas leur opinion
sur le bonheur dont sont favorisés les ouvriers à la création des machines ! ».
Victor Considérant, Destinée sociale, Paris, 1851 [1ère éd. 1838], t. 1, p. 262-264.

 

Lundi 3 juin 2013 – 13 h 30 – 18 h

 

13 h 30 – Introduction : Technologies et socialismes au XIXe siècle – F. Jarrige (Univ. de Bourgogne)

 

1- Diversité des technologies socialistes

  • 14 h – Ophélie Siméon (Lyon 2) – Entre « science de la société » et « utopie » : l’owénisme comme technique et comme expérience
  • 14 h 30 – Joost Merteens (La Haye) – La modiste icarienne et la pensée technocratique d’Etienne Cabet
  • 15 h – Guillaume Carnino (CNAM) – Victor Meunier, ou le socialisme par la science. Une pensée épistémologique à l’heure de l’industrialisation
  • 15 h 30 – Daniel Wilson (EHESS) – The Machine, Past & Future: the enigma of technology in British political thought c.1900

 

2- Les socialismes à l’âge de la vapeur

  • 16 h 30 – John Tresch (University of Pennsylvania) – La Machine romantique des Saint-Simoniens
  • 17 h – L. Frobert (CNRS) – « La vapeur est, à elle seule, une  révolution mémorable » : technique et association chez Constantin Pecqueur

 

Mardi 4 juin 2013 – 9 h – 17 h

 

3- « Utopies », transports et communications

  • 9 h – Edward Castleton, (Univ. de Franche-Comté) – Proudhon, la technologie et les transports
  • 9 h 30 – Thomas Bouchet (Univ. de Bourgogne) – Du pigeon courrier au télégraphe électrique : les systèmes de communication à distance vus par Fourier et les phalanstériens
  • 10 h – Georges Ribeill (CNRS) – Les critiques du système ferroviaire français  [titre provisoire]

 

4. Praticiens socialistes et propagation de la doctrine

  • 11 h. – François Jarrige (Univ. de Bourgogne) – La typographie sociétaire: techniques et propagations de la doctrine sous la monarchie de Juillet
  • 11  h 30 – B. Desmars (Univ de Lorraine) – Les ingénieurs et inventeurs fouriéristes : itinéraires sociaux et innovations techniques.
  • 12 h – Fabien Knittel (Univ. de Franche-Comté) – La pensée technique d’un professeur d’agriculture saint-simonien : Androphile Lagrue (1810-  ?)

 

5. Technologies et biopolitiques socialistes

  • 14 h – Thomas Le Roux (Maison française d’Oxford, EHESS) – Théoriciens socialistes et hygiénisme : une utopie ancrée dans le monde industriel
  • 14 h 30 – Jean-Baptiste Fressoz (Imperial College, Londres) – Le climat des socialistes [titre provisoire]
  • 15 h – Julien Vincent (Paris 1) – Le socialisme ou les art de coloniser [titre provisoire]

 

16 h 30 : Conclusion

Communication de Ludovic Frobert sur le canut Pierre Charnier, Centre Koyré, 5 avril 2013

 

Ludovic Frobert présentera le 5 avril une communication intitulée « Une histoire par en bas: à propos de la pensée politique et économique de Pierre Charnier (1795-1857), tisseur de Lyon ». Cette communication aura lieu dans le cadre du séminaire « Histoire des sciences de l’homme et de la société » du Centre Alexandre Koyré (27 rue Damesne, Paris).

Les socialistes de 1848 et les principes de la distribution des richesses; communication de Ludovic Frobert devant la Ricardian Society, Tokyo, 28 mars 2013

 

Conférencier invité lors de l’International Ricardo Seminar (Meiji University, Tokyo, organisateur Masashi Izumo), Ludovic Frobert a présenté une contribution centrée sur l’apport des socialistes de 1848 au débat sur les principes de la distribution des richesses.

Ludovic Frobert (CNRS, Triangle), « A Short History of French Conceptions of Distributive Justice (1830-1851) », Discutant: Yusuke Ando (Rikkyo University).

Le travail des républicains

Deux articles, écrits par Vincent Bourdeau,  sont disponibles en ligne. Ils abordent la question des rapports du républicanisme à l’économie politique, en particulier à la place du travail dans les arguments politiques républicains. A découvrir ici:

www.opendemocracy.net/ourkingdom/vincent-bourdeau/revolutionary-france-and-social-republic-that-never-was

www.opendemocracy.net/ourkingdom/vincent-bourdeau/what-do-todays-republicans-have-to-say-about-work

Ces articles, parmi bien d’autres, alimentent le site opendemocracy, et en particulier le projet Democratic Wealth. Building a Citizens’ Economy.

Bonne lecture!

 

 

Les enjeux philosophiques et politiques de la découverte des textes « zends » : Eugène Burnouf et Jean Reynaud

Nous avons le plaisir de rendre disponible le texte d’Aurélien Aramini présenté lors d’une séance du séminaire « Pensée sociale au 19e siècle » qui s’est tenu à Besançon le 27 février dernier. Le séminaire « Pensée sociale au 19e siècle » prend place dans le cadre des travaux de recherches que nous menons au sein du projet de recherches ANR Utopies19. Ce texte étant destiné à être publié sur d’autres supports dans un avenir proche, il ne sera disponible que quelques semaines sur notre site. Pour le lire, il suffit de suivre ce lien : Les enjeux philosophiques de la découverte du zend(1)

Aurélien Aramini est docteur en philosophie de l’Université de Franche-Comté, chercheur associé au programme de recherches ANR Utopies19.

Bonne lecture!