La table et l’établi : sources en relation avec l’intervention de Thomas Bouchet (Dijon, 29 mars 2012)

SOCIALISTES A TABLE

 

Travail attrayant et table attrayante dans les écrits de Charles Fourier,

par Thomas Bouchet

 

Quelques extraits de textes de Charles Fourier

 

 

« Il y a 5 repas dans l’ordre combiné : l’antienne, le déjeuner, le dîner, le goûter et le souper. La petite Lucile, âgée de 7 ans, fait à 4 heures ¾ du matin l’antienne ou premier repas avec des jeunes filles de son âge. Elle va au groupe des pigeons, qui tient séances jusqu’à 6 ½.  De là elle va aux cuisines, à un groupe de menus ouvrages. A 7 heures ¾, ce groupe se sépare, et Lucile va déjeuner avec un groupe de petites figurantes qui s’assemblent pour la répétition d’un ballet (les fonctions théâtrales sont dans toute Phalange une branche de bénéfice pour les pauvres. ) A 10 heures la répétition est finie, Lucile prend des rafraîchissements dans une salle de café, et elle va joindre dans les appartements un groupe de camérières dont la séance dure jusqu’à midi. De là elle se rend à la Bourse, au parquet des enfants, pour y faire ses négociations, concerter ses travaux et ses repas du lendemain et surlendemain. Lucile, étant du chœur des adeptes, doit savoir négocier et connaître divers signaux. Peut-être même sait-elle crayonner sur une carte le détail des groupes qu’elle a choisis pour le lendemain. Elle devra avoir ce petit talent pour entrer à 8 ans au chœur des Lycéens.

(…) Ainsi se passe sa journée dans un mouvement perpétuel et varié, sans excès. Ajoutons que cette enfant a de nombreuses intrigues qui la soutiennent dans ses travaux. »

 

Publication des manuscrits de Charles Fourier, vol. 1,

année 1851, Paris Librairie phalanstérienne, 1852, p. 148

– Ces lignes sont extraites d’un développement plus global sur « Les subsistances ».

 

 

 

« Il n’en est pas ainsi dans un canton sociétaire, où le sort de la 3e classe est lié à celui de la première. Si on annonce que le buffet des tables de première classe ou tables des riches, va être porté de trente mets à trente-six, le peuple s’en réjouira, parce que sa table sera améliorée en proportion. Si les assortimens habituels des trois buffets, riche, moyen et pauvre, sont de trente, vingt et dix mets, on ne saurait porter l’un à trente-six, sans élever les deux autres en même rapport, trente-six, vingt-quatre et douze ; tout étant lié dans l’Association.

Qu’un canton sociétaire de 1500 personnes (8e période), consomme chaque jour un boeuf, la table riche ou 1re classe, et la commande ou table accidentelle, auront de plein droit les morceaux de choix ; mais il faut bien que la masse du bœuf aille aux tables moyenne et pauvre : et comme l’Association élève les produits au degré surabondant, et ne laisse par toute la terre d’autre inquiétude que celle d’arriver à la pleine consommation de cette masse de produits, il est force d’en abandonner beaucoup à la classe populaire, après les prélèvemens faits pour les riches et la commande. En outre, la 3° classe jouit du service des restes de 1re, dont on compose une chère très-délicate et très-présentable, qui est livrée à demi-valeur à cette classe peu fortunée.

Moyennant ces gradations d’intérêts sociétaires, l’inférieur est intéressé au bien-être supérieur; et leur union étant cimentée par la rencontre habituelle dans les travaux attrayans et les intrigues de série industrielle, on n’a plus rien à redouter de la pleine liberté du peuple, qui, dans son état actuel de misère et de jalousie, n’userait de son indépendance que pour spolier et égorger ses supérieurs.

Il résulte de cet aperçu, que la concession du minimum dépendait exclusivement de la découverte du régime sociétaire et du travail attrayant ».

 

Charles Fourier,

Traité de l’Association domestique-agricole, tome 1, Paris, Bossange, 1822, p. 134.

 

 

« Il n’en est pas ainsi dans un canton sociétaire, où le sort de la 3e classe est lié à celui de la première. Si on annonce que le buffet des tables de première classe ou tables des riches, va être porté de trente mets à trente-six, le peuple s’en réjouira, parce que sa table sera améliorée en proportion. Si les assortimens habituels des trois buffets, riche, moyen et pauvre, sont de trente, vingt et dix mets, on ne saurait porter l’un à trente-six, sans élever les deux autres en même rapport, trente-six, vingt-quatre et douze ; tout étant lié dans l’Association.

Qu’un canton sociétaire de 1500 personnes (8e période), consomme chaque jour un bœuf, la table riche ou 1re classe, et la commande ou table accidentelle, auront de plein droit les morceaux de choix ; mais il faut bien que la masse du bœuf aille aux tables moyenne et pauvre : et comme l’Association élève les produits au degré surabondant, et ne laisse par toute la terre d’autre inquiétude que celle d’arriver à la pleine consommation de cette masse de produits, il est force d’en abandonner beaucoup à la classe populaire, après les prélèvemens faits pour les riches et la commande. En outre, la 3° classe jouit du service des restes de 1re, dont on compose une chère très-délicate et très-présentable, qui est livrée à demi-valeur à cette classe peu fortunée.

Moyennant ces gradations d’intérêts sociétaires, l’inférieur est intéressé au bien-être supérieur; et leur union étant cimentée par la rencontre habituelle dans les travaux attrayans et les intrigues de série industrielle, on n’a plus rien à redouter de la pleine liberté du peuple, qui, dans son état actuel de misère et de jalousie, n’userait de son indépendance que pour spolier et égorger ses supérieurs.

Il résulte de cet aperçu, que la concession du minimum dépendait exclusivement de la découverte du régime sociétaire et du travail attrayant ».[…]

« Les consommateurs seraient classés en série de prix, et de salles à option de cabinets.

Tables hautes: 1ers, à 5 fr : 2e à 4′ :

« moyennes: 3es’, à 3′ : 4es à 2 1/2 : 5es, à 2,.

« basses : 6es à 1 ½ : 7es, à 1′.

Pivot, la  commande, à prix illimité.

Transition, les restes vendus au dehors.

On pourrait, des restes, former des tables de 15 s : mais ce serait attirer du petit monde qui déplairait à la haute compagnie, malgré les différences de local et d’escaliers.

[…]

Dans le restaurant indiqué, la desserte des hautes tables 1 et 2 , et commande , serait livrée à demi-prix aux tables basses, n° 6 et 7. Un morceau délicat est bon quoique entamé, ou même réchauffé ».

 

Charles Fourier, La fausse industrie morcelée, répugnante, mensongère, et l’antidote, l’industrie naturelle, combinée, attrayante, véridique, donnant quadruple produit,

vol. 2, Paris, Bossange, 1836.

La table et l’établi. Manger chez les fouriéristes

Jeudi 29 mars 2012, 14h-17h

Salle Georges Chevrier, université de Bourgogne, 4 boulevard Gabriel, 21000 Dijon

 

Co-organisé par les groupes :

« Manger au travail » (Centre Georges Chevrier) et « Utopies19 » (ANR)

 

Animé par Bernard Desmars université de Lorraine, CRULH ; Jean-Claude Sosnowski Association d’études fouriéristes ; Thomas Bouchet, université de Bourgogne, CGC

 

Dans l’univers des premiers socialismes, celles et ceux qui se réclament de la pensée de Charles Fourier abordent dans leurs productions écrites mais aussi parfois dans la pratique la question de l’alimentation, qu’ils mettent fréquemment en rapport avec la question du travail. Il s’agira au cours de cette séance d’atelier d’observer de quelle manière ils imaginent les chemins d’une double émancipation ; de se pencher sur leurs relectures et leurs interprétations d’écrits de Fourier où la gastronomie tient une place centrale tandis que la question du travail est posée dans des termes radicalement nouveaux (Thomas Bouchet) ; d’entrer dans les cuisines sociétaires et de décrire certaines des expériences qu’ils mènent : boulangeries, boucheries ou restaurants sociétaires, banquets (Jean-Claude Sosnowski) ; colonies phalanstériennes à Cîteaux, Sig, Guise, etc. (Bernard Desmars) ; de mettre tout cela en relation avec une histoire plus générale des socialismes et de la coopération.