Une séance au conseil des prud’hommes de Lyon en 1854

 

Travaillant depuis bientôt trois ans avec George Sheridan (Université de l’Oregon) sur les magnifiques archives du canut Pierre Charnier (1795-1857) déposées à la Bibliothèque Municipale de Lyon, nous avons eu maintes fois  l’occasion de croiser des documents fascinants. En voilà un échantillon qui relate un épisode au conseil des prud’hommes de Lyon et qui mérite quelques mots d’explication.

Institution novatrice inaugurée à Lyon en 1806 pour renouveler les règlements de la Grande Fabrique, le conseil des prud’hommes était un tribunal de paix industrielle, un lieu où négociants et chefs d’ateliers en soierie devaient faire le difficile apprentissage des conciliations dans un contexte de parité (même toute relative et toujours remise en question) entre les représentants des deux groupes d’intérêts. Mais naturellement, le tribunal était également un lieu d’affrontements entre ces deux classes et le centre  de luttes picrocholines où intervenaient bien sûr les appartenances de classes, mais aussi les écarts de générations, les croyances religieuses, les sensibilités politiques, les proximités de quartiers ou encore, tout simplement, les affinités personnelles. Les prud’hommes tisseurs étaient souvent concernés par les visites d’ateliers ou par les expertises, mais passaient également un temps important au tribunal dans le cadre des séances hebdomadaires du Conseil. Un personnage incontournable du Conseil était le secrétaire, toujours nommé par le Président, lui-même choisi dans la classe, toujours numériquement avantagée, des négociants.

Prud’homme chef d’atelier de 1832 à sa mort en 1857, Pierre Charnier, fondateur du Devoir mutuel en 1827-1828, proche des républicains girondins lyonnais au temps des insurrection, mais surtout partisan d’un légitimisme national qui, avec l’abbé de Genoude, défendait la compatibilité entre l’hérédité royale et le suffrage universel, eu à faire face à de nombreuses conjonctures défavorables lors de ses mandats successifs. Au début des années 1850, le nouveau président du Conseil, Félix Bertrand se distinguait par son hostilité vis-à-vis des tisseurs et par son peu d’empressement à entendre les revendications que transmettaient leurs représentants prud’hommes. Le secrétaire était le Sieur Starron. Entrant à un séance du conseil, Charnier et l’un des ses collègues Muzanty remarquèrent qu’au pied du bureau du secrétaire gisait un dindon ligoté. S’amusant du fait que Starron se comportait comme un simple « greffier de campagne », ils lui rédigèrent la lettre suivante:

 

Papiers Charnier, Bibliothèque municipale de Lyon

Monsieur Starron,

Veuillez pardonner la liberté que nous prenons de nous faire les interprètes d’une victime qui contrairement aux saines lois de la dindonité gémit sous votre bureau où le volatile est couché sur un carrelage dur et humide en attendant sa dernière heure.
Veuillez délier le dindon et nous éviter le désagrément que nous éprouverions à vous poursuivre suivant toute la rigueur de la loi Grammont .

Charnier, Muzanty,
PIGEON,  POULET, CANARD, OIE, VEAU, MOUTON, PORC,

En biais: Il a été fait droit incontinent de la présente.
Renard.

 

NB: Référence ironique à la loi du 2 juillet 1850 votée à l’Assemblée nationale législative sur proposition de Jacques Delmas de Grammont contre «les personnes ayant fait subir publiquement des mauvais traitements aux animaux domestiques».