Intervention sur Constantin Pecqueur au séminaire « Sciences, techniques, politiques (16e-19e) », Lille 1

 

Ludovic Frobert interviendra le 15 mars 2012 au séminaire « Sciences, techniques, politiques (16e-19e siècles) » que coordonnent Yannick Fonteneau et Rémi Franckowiak  (Centre d’Histoire des sciences et d’épistémologie) à Université de Lille 1.

Innovation et association dans le socialisme fraternitaire de Constantin Pecqueur (1801-1884)
Dans le cadre de cette présentation je me focaliserai sur les travaux que publient Pecqueur dans la seconde moitié des années 1830. Ces travaux marquent une bascule entre la première période de son oeuvre qui l’a vu cheminer avec les saint-simoniens du Globe, les fouriéristes du Phalanstère puis les républicains et une seconde période qui le verra, dans le cours des années 1840 publier ses  ouvrages  les plus aboutis, dont  Théorie nouvelle d’économie sociale et politique (1842)  puis s’engager au printemps  1848 aux côtés des « socialistes fraternitaires » Louis Blanc et François Vidal  dans l’aventure de la Commission du Luxembourg. En 1837, il publie son premier ouvrage majeur, réponse primée à un concours de l’Académie des sciences morales et politiques, dans lequel se trouve les principales intuitions de sa doctrine, Economie sociale. Des intérêts du commerce, de l’industrie, de l’agriculture et de la civilisation en général, sous l’influence des applications de la vapeur. Deux ans plus tard, missionné par le gouvernement pour étudier le système de chemin de fer belge, il fait paraître De la législation et du mode d’exécution des chemins de fer. On vérifiera dans ces deux ouvrages la façon dont Pecqueur intègre sa réflexion sur le changement technique au développement de son projet de « réforme sociale radicale ».